Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Ethiopian Airlines affirme que les armes saisies au Soudan sont "légales"

Ethiopian Airlines affirme que les armes saisies au Soudan sont "légales"
  -  
Copyright © africanews
KOLA SULAIMON/AFP or licensors

Ethiopie

Ethiopian Airlines a déclaré lundi que son transport d'armes vers le Soudan était une cargaison "légale et commerciale" de fusils de chasse, après avoir appris que la cargaison avait été confisquée par les autorités de Khartoum.

L'agence de presse soudanaise SUNA avait précédemment révélé dimanche que les armes avaient été saisies par les douanes et qu'une enquête avait été ouverte après qu'elles eurent été acheminées sur un vol de passagers d'Ethiopian Airlines. SUNA a cité des responsables qui ont déclaré que les armes avaient initialement été envoyées de Russie en Éthiopie en mai 2019 et qu'elles avaient été retenues par les autorités de ce pays pendant deux ans.

"Il y a des soupçons qu'elles étaient destinées à être utilisées dans des crimes anti-étatiques, à entraver la transition démocratique et à empêcher la transition vers un régime civil", a rapporté SUNA.

Le Soudan connaît une transition difficile depuis l'éviction, en avril 2019, du président Omar el-Béchir à la suite de manifestations massives contre son régime.

Cependant, Ethiopian Airlines, le plus grand transporteur en Afrique, a déclaré qu'il avait une documentation complète pour prouver la légalité de l'expédition, y compris une lettre du ministère des Affaires étrangères du Soudan.

"L'envoi d'armes par Ethiopian Airlines au Soudan est un transport légal et commercial de fusils de chasse, accompagné de tous les documents appropriés de l'expéditeur et du destinataire", a déclaré la compagnie dans un communiqué.

Le document en question déclare que les armes avaient été retenues par les autorités de sécurité à Addis-Abeba pendant une longue période pour vérification, et que le destinataire avait poursuivi la compagnie aérienne devant un tribunal soudanais pour qu'elle lui remette les armes ou lui verse une compensation de près de 250 000 dollars.

Les relations sont glaciales entre Khartoum et Addis-Abeba, les deux pays étant en désaccord sur le barrage de la Grande Renaissance éthiopienne (GERD) sur le Nil Bleu et sur l'utilisation par les agriculteurs éthiopiens d'une région frontalière fertile revendiquée par le Soudan.

Le mois dernier, le Soudan a rappelé son ambassadeur en Éthiopie, affirmant qu'Addis-Abeba avait repoussé ses efforts pour négocier un cessez-le-feu dans le conflit du Tigré.

Voir plus