Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Éthiopie : à Amhara, les déplacés arrivent mais la nourriture manque

  -  
Copyright © africanews
AP/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Ethiopie

Dans la petite ville de Debark, dans la région éthiopienne d'Amhara, impossible de différencier les habitants des réfugiés.

Plus de 16 000 personnes déplacées par les récents combats ont élu domicile à Debark, une petite ville dans la région éthiopienne d'Amhara. Les violences se généralise, les tigréens n’ont pas le choix, il faut fuir et aller à la recherche d'un abri et de nourriture.

À partir de son épicentre, le Tigré, l'impact humanitaire des combats en Éthiopie, s'est étendu vers le sud

''Comme vous pouvez le voir, c'est dans cet endroit boueux qu'ils résident. C'est sous la pluie qu'ils restent. Ils n'ont même pas un lit pour dormir. Nous les avons hébergés dans trois centres, car leur situation était urgente. Les écoles sont fermées pendant cette saison d'hiver. I\_ls sont donc répartis dans les écoles. Nous leur avons assigné des coordinateurs afin que le groupe terroriste ne s'approche pas d'eux_''. précise Fenta Terefe, responsable de la communication pour la zone de Gondar Nord de la région d'Amhara.

La ville de Debark se situe à 80 kilomètres de la frontière avec le Tigré.

Khadija Firdu, fraîchement réfugiée dans la région Amhara, témoigne du calvaire vécu sur la route, ''_e__n venant ici, il y avait beaucoup de cadavres le long du chemin. Nous avons vu les cadavres des forces éthiopiennes et aussi des civils qui ont été tués accidentellement. Les forces éthiopiennes et amharas pensaient avoir tués un membre du_ TPLF mais la victime n’en était pas un.''

''Nous avons vu tant de souffrance sur le chemin. En entrant à Debark, nous avons marché sur un corps. Par ce qu’il faisait sombre, nous pensions que les morts étaient des branches d'arbres. Nous sommes arrivés ici en pleurant '' ajoute t-elle.

Alors que l’aide alimentaire peine à arriver faute de sécurité sur les routes, les habitants de Debark voient leurs ressources s'épuiser. Comme beaucoup d'éléments de la guerre, on ne sait pas exactement combien de personnes ont été tuées dans l'Amhara, et les affirmations des parties belligérantes ne peuvent pas être vérifiées immédiatement.

Les forces du Tigré affirment que leur offensive est une tentative de briser le blocus de leur région, qui compte quelque 6 millions d'habitants depuis des mois, alors que 400 000 personnes environ sont menacées de famine dans le cadre de la pire crise alimentaire que le monde ait connue depuis dix ans.

Voir plus