Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Royaume Uni : démission d'un conseiller noir suite au rapport sur le racisme

Royaume Uni : démission d'un conseiller noir suite au rapport sur le racisme
Photo d'archive du 21 juin 2020 : une femme se couvre symboliquement les yeux lors d'une manifestation Black Lives Matter dans le centre de Londres.   -  
Copyright © africanews
Alberto Pezzali/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved

Royaume-Uni

Un haut conseiller noir du Premier ministre britannique Boris Johnson a démissionné, a annoncé jeudi Downing Street, au lendemain de la parution d'un rapport qui a provoqué un tollé en semblant minimiser l'ampleur du racisme dans la société britannique.

Samuel Kasumu, le conseiller spécial à Downing Street chargé de la société civile et des communautés, "quittera son poste en mai comme cela était prévu depuis plusieurs mois", a déclaré un porte-parole du gouvernement. Le porte-parole a jugé "complètement incorrect" tout lien entre cette démission et la publication mercredi du rapport de la Commission sur les disparités raciales et ethniques, commandé par le gouvernement à la suite du mouvement Black Lives Matter.

Son départ a malgré tout fait grand bruit vu l'indignation provoquée par ce document. La BBC avait déjà fait en février part de l'intention de Samuel Kasumu de démissionner en raison de tensions "insoutenables" à Downing Street et de la volonté, selon lui, du Parti conservateur au pouvoir de mener "une politique fondée sur la division".

Je salue le rapport d'aujourd'hui, qui décrit le pays tolérant que je connais et que j'aime. Mais il est essentiel que nous continuions à travailler ensemble pour éradiquer toutes les formes de racisme et garantir que tout le monde au Royaume-Uni ait la liberté de réussir.

Le rapport publié mercredi conclut que le Royaume-Uni n'est pas "institutionnellement raciste" et pourrait même servir à de modèle à d'autres pays. Il estime que "la plupart des inégalités (...) ne trouvent souvent pas leur origine dans le racisme" et souligne les progrès réalisés en la matière, tout en reconnaissant que le racisme est présent.

"C'est un ouvrage très intéressant", a souligné le Premier ministre conservateur Boris Johnson à des journalistes, même si le gouvernement n'est pas nécessairement "d'accord avec absolument tout ce qu'il contient". Et d'ajouter : "Nous devons répondre aux problèmes très sérieux auxquels notre société est confrontée en ce qui concerne le racisme. Nous devons faire plus pour corriger cela, nous devons comprendre la gravité du problème", promettant une réponse "le moment venu".

Stratégie d'égalité raciale du gouvernement britannique : (i) diffamer l'auteur noir qui écrit sur le racisme, (ii) attaquer une journaliste noire pour avoir fait son travail, (iii) manipuler la publication du rapport du gouvernement sur le racisme

Le rapport, qui formule 24 recommandations, a provoqué la colère de militants contre le racisme et de l'opposition travailliste, qui soulignent les profondes inégalités dont sont victimes les minorités ethniques dans de nombreux domaines. Le mouvement Black Lives Matter a provoqué d'importantes manifestations antiracistes au Royaume-Uni et un examen de conscience sur le rapport au passé colonial.

Le pays reste marqué par le scandale du traitement réservé à la génération Windrush, du nom des quelque 500 000 immigrés des Caraïbes arrivés au Royaume-Uni entre 1948 et 1971, ou encore par l'incendie, en juin 2017, de la tour Grenfell à Londres qui avait fait 71 morts ainsi qu'un bébé mort-né, dont de nombreuses personnes noires et issues d'autres minorités.

Samuel Kasumu travaillait notamment à encourager la vaccination contre la Covid-19 au sein des minorités, plus réticentes à y participer selon divers sondages alors qu'elles ont été davantage victimes de la pandémie. Boris Johnson l'a remercié, soulignant que le conseiller avait fait "un travail admirable" en particulier pour encourager les plus hésitants à se faire vacciner.

Voir plus