Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Le camp d'Um Raquba rouvre ses portes aux réfugiés éthiopiens

  -  
Copyright © africanews
Africanews

Réfugiés

Les autorités soudanaises doivent faire face à l'afflux de milliers d'éthiopiens fuyant le conflit dans la région du Tigré. Le camp d' Um Raquba, quasiment à l'abandon après avoir abrité de nombreux réfugiés du pays voisin lors de la famine aux débuts des années 80, a dû rouvrir ses portes dans la précipitation.

"Ce camp est divisé en trois secteurs, explique le directeur Abdel Basit Abdel Qani, il y a l'ancien camp, la partie intermédiaire et le nouveau camp. C'est ici que les réfugiés seront accueillis et enregistrés dans un premier temps puis, ils seront transférés et installés dans la zone intermédiaire".

20 000 réfugiés attendus dans le camp d' Um Raquba

Alors que les ouvriers soudanais s'affairent pour ramener l'eau et l'électricité le plus rapidement possible, le camp d' Um Raquba se remplit chaque jour un peu plus. Ils étaient un millier samedi, plus de 2000 ce lundi et sans doute près de 20000 au final si le conflit perdure de l'autre côté de la frontière. "Notre plan est de créer trois secteurs pouvant accueillir 8 000 personnes chacun. Nous allons utiliser le terrain de l'ancien camp et, si nous le pouvons, nous l'étendrons aux terrains adjacents" poursuit Abdel Basit Abdel Qanin, déjà présent lors de l'établissement du premier camp dans les années 80.

A l'ombre des combats et d'un soleil de plomb

Les familles goûtent un peu de répit et profitent des rations de nourritures distribuées par le Programme alimentaire mondial des Nations Unies . Si les réfugiés se montrent reconnaissants, il est difficile pour eux d'être complètement rassurés : " le camp est situé dans une zone qui est éloignée des principales villes du Soudan", explique un père de famille. "Par exemple, la ville de Gedaref est très éloignée d'ici. En revanche, nous sommes encore très proches de la région d'Amhara (dans le nord de l'Ethiopie)".

La frontière éthiopienne n'est en effet qu'à 80 kilomètres de là. Alors, en espérant la fin rapide du conflit, les familles essayent de trouver une place à l'ombre, à l'abri des combats et d'un soleil de plomb.