Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nigeria : levée d'interdiction de Twitter "sous certaines conditions"

Nigeria : levée d'interdiction de Twitter "sous certaines conditions"
Le président nigérian Muhammadu Buhari s'adresse à la 76e session de l'Assemblée générale de l'ONU, le 24 septembre 2021   -  
Copyright © africanews
JOHN ANGELILLO/AFP or licensors

Nigéria

Le président nigérian Muhammadu Buhari a déclaré qu'il avait ordonné la levée de l'interdiction des activités de Twitter au Nigeria, mais seulement si certaines conditions étaient remplies, notamment l'utilisation et l'enregistrement "positifs" de Twitter.

Lors d'une émission diffusée vendredi à l'occasion de la fête de l'indépendance, Muhammadu Buhari a déclaré qu'une équipe gouvernementale avait eu des "discussions approfondies" avec Twitter et qu'à la suite de cela, "les problèmes sont en train d'être résolus et j'ai ordonné que la suspension soit levée, mais seulement si les conditions sont remplies afin de permettre à nos citoyens de continuer à utiliser la plate-forme pour leurs affaires et leurs engagements positifs".

Le Nigeria a suspendu le fonctionnement de Twitter le 4 juin, invoquant "l'utilisation persistante de la plateforme pour des activités susceptibles de porter atteinte à l'existence corporative du Nigeria". Cette mesure a déclenché des critiques et des inquiétudes selon lesquelles l'action du président pourrait être une répétition de la répression de la liberté d'expression qui s'est déroulée dans les années 1980 sous son régime de dirigeant militaire du Nigeria.

L'interdiction avait été annoncée peu de temps après que le réseau social ait supprimé un message de Muhammadu Buhari dans lequel il menaçait de traiter les séparatistes "dans la langue qu'ils comprendront", bien que les autorités nigérianes aient nié que le message supprimé soit à l'origine de leur action. Cette suspension montre que le gouvernement "préfère l'autoritarisme à la démocratie", pour Idayat Hassan, du Centre pour la démocratie et le développement.

De nombreux Nigérians, principalement des jeunes, ont trouvé un moyen de contourner l'interdiction en se tournant vers des applications de réseaux privés virtuels (VPN), mais de nombreuses sociétés et entreprises - dont certaines dépendent de l'économie nigériane - se sont conformées à la directive.

Coût économique

Le blocage de l'accès aux télécommunications se poursuit, ce qui a un coût économique pour le pays le plus peuplé d'Afrique, qui compte plus de 64 millions de jeunes. Selon NetBlocks, qui évalue le coût des coupures d'Internet dans le monde, le Nigeria pourrait perdre 103,1 millions de nairas (251 000 dollars) pour chaque heure de blocage, qui dure maintenant depuis plus de 100 jours.

Outre l'obligation de s'enregistrer et de payer des taxes au Nigeria, Muhammadu Buhari a déclaré que les autres conditions auxquelles les sociétés de télécommunications accorderont à nouveau l'accès à Twitter au Nigeria sont la "sécurité nationale" et le contenu local du réseau social.

Il n'a pas expliqué comment cela allait se passer, mais a ajouté que le pays restait déterminé à "veiller à ce que les entreprises numériques utilisent leur plateforme pour améliorer la vie de nos citoyens, respecter la souveraineté du Nigeria, ses valeurs culturelles et promouvoir la sécurité en ligne".

Voir plus