Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Les Algériens mitigés à l'approche des élections législatives

ALGERIA   -  
Copyright © africanews
cleared

Algérie

Les Algériens sont appelés à voter samedi pour les élections législatives.

Mais à l’approche du scrutin, l'opinion est fortement divisée. Cette élection anticipée, rejetée par le mouvement hirak et par l’opposition appelle les algériens à élire 407 députés de la future assemblée populaire nationale.

Certains disent que l'exercice représente une opportunité de changement, tandis que d'autres le boycottent.

"Je vais voter parce que je vois qu'il y a des candidats qui vont apporter du changement au pays, sachant que les précédents étaient plus concentrés sur leurs affaires personnelles et ils ont oublié les gens." a révélé Mohammed Badaoui, habitant d'Alger.

"Concernant les prochaines élections législatives, je n'ai pas de carte de vote (pièce d'identité qui lui permettrait de voter) et de toute façon, même si j'en avais une, je ne voterais pas." a déclaréAbed Elhak, habitant d'Alger.

Le mouvement Hirak a exhorté les gens à éviter le vote, appelant plutôt à des réformes généralisées.

Jeudi soir, trois opposants au pouvoirs dont le journaliste Khaled Drareni libéré en février après 11 mois de prison ont été arrêtés

"Il s'avère que les Algériens ont confirmé que pour eux, les élections n'ont jamais été une solution, c'est pourquoi ils les boycottent. Ils ont essayé dans toutes les élections passées, après le multipartisme et même après le Hirak de 2019 (lorsque l'ancien président a quitté le pouvoir en raison des protestations organisées par le mouvement Hirak). Ils sont convaincus que les élections ne sont pas une solution pour le changement." a expliquéNacer Djabi, sociologue et politologue.

Quelque 1 483 candidats sont en lice, dont 646 représentent des partis politiques et 837 des indépendants

Après l'euphorie qui a salué le départ du dirigeant vétéran Abdelaziz Bouteflika, de nombreux Algériens se sont sentis frustrés par la lenteur du changement.

Voir plus