Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

La lutte contre le cancer entravée par la Covid-19

Un membre du personnel médical portant un équipement de protection s'occupe d'un patient atteint du COVID-19   -  
Copyright © africanews
SIMON MAINA/AFP or licensors -

Santé

Alors que les scientifiques et les médecins des gouvernements du monde entier se battent pour contrôler la pandémie de Covid-19, les experts affirment que la lutte contre une maladie grave et mortelle comme le cancer se trouve ralentie ou entravée.

La Journée mondiale de lutte contre le cancer est célébrée chaque année le 4 février. Cette journée est consacrée à la sensibilisation au cancer et encourager prévention, la détection et le traitement. Cette année, le thème choisi par l'Union internationale de lutte contre le Cancer (UICC) s'articule autour du thème "Je suis et je serai". Le groupe affirme que la lutte contre le cancer a été affectée par l'accent mis sur les patients atteints de la Covid-19.

Le Dr Miriam Mutebi, de l'IICC, explique que les patients atteints de cancer sont vulnérables aux infections par la Covid-19, ce qui rend la lutte contre le cancer encore plus difficile cette fois-ci. "Nous avons subi un coup considérable dans tous les domaines du continuum du cancer et cela a affecté tous les services, qu'il s'agisse des diagnostics, des traitements ou des services de survie qui sont disponibles pour les patients. Ce qui s'est passé, c'est que l'Organisation mondiale de la santé a mené une enquête autour du mois de mai, qui est le début de la pandémie. Nous avons vu qu’environ 56 % des 56 pays qui ont fait l'objet de l'enquête ont connu une perturbation partielle ou totale de leurs services de soins contre le cancer."

Le cancer ne devrait pas être une condamnation à mort pour personne, nulle part - mais c'est souvent le cas.

En janvier, le nombre total de personnes atteintes de la Covid-19 en Afrique a atteint plus de 3,5 millions. Alors que les gouvernements resserrent les mesures pour faire face à une deuxième vague plus forte , le Dr Miriam Mutebi met en garde contre une possible augmentation des décès par cancer. "En raison de l'accès des patients à la clinique et du fait que nous avons déplacé les priorités vers la pandémie au détriment d'autres maladies non transmissibles comme les cancers, nous risquons de voir arriver en aval des patients atteints de cancers plus avancés. Je peux vous dire que, comme au Kenya, nous avons eu un blocage en mars. Puis ce blocage a été assoupli en juillet et nous avons vu des patients arriver avec leurs grosseurs à partir de février pour finalement recevoir un diagnostic."

La situation peut toutefois être rattrapée si les mesures nécessaires sont prises immédiatement. Le Dr Miriam Mutebi encourage ses confrères à "continuer à donner la priorité aux soins de leurs patients" indépendamment de tout ce qui se passe.

Depuis 2000, les décès dus au cancer ont augmenté de 45 % en Afrique. Selon Think Global Health, un demi-million de décès sont liés à cette maladie chaque année.