Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

[Mise à jour] Nigeria : le président Buhari « destitué » par un groupe de presse

[Mise à jour] Nigeria : le président Buhari « destitué » par un groupe de presse

Droits de l'Homme

Muhammadu Buhari, a-t-il cessé d‘être président du Nigeria ? Oui, selon le groupe de presse local PUNCH qui tient la dragée haute à l’homme fort d’Abuja pour « violations des droits de l’homme ». Allégations balayées par les proches du président nigérian

Mis à jour 14 h 40 GMT

C’est peut-être l‘événement le plus marquant de ce mardi au Nigeria. Il s’agit simplement d’un éditorial du journal PUNCH intitulé : « L’anarchie de Buhari : notre position ».

« En tant que démonstration symbolique de notre protestation contre l’autocratie et la répression de style militaire, PUNCH (tous nos journaux imprimés, The PUNCH, Saturday PUNCH, Sunday PUNCH, PUNCH Sports Extra, et les plateformes numériques, plus particulièrement punchng.com) préfixeront désormais Buhari avec son grade de dictateur militaire dans les années 80, le général de division, et se référer à son administration comme un régime, jusqu‘à ce qu’il mette fin à son insupportable mépris pour l‘État de droit ».

Une « destitution qui procède de l’affaire Omoyele Sowore, lui qui a été renvoyé vendredi dernier en prison par le Departement State Security (DSS, Service de la sécurité d‘État), service de renseignements du Nigeria lors d’une audience de son procès.

Pourtant le journaliste « pro-démocratie » et initiateur du mouvement de protestation « Revolution now » (Révolution maintenant) était bénéficiaire d’une liberté sous caution accordée en mars dernier par la cour fédérale d’Abuja.

Il était une fois, … Le général Buhari

Laquelle cour le poursuit pour plusieurs chefs d’accusation dont la trahison, le blanchiment d’argent et le harcèlement contre le président de la République.

À en croire l‘éditorialiste de PUNCH, ce n’est pas l’unique cas où le gouvernement marche sur une décision de justice.

Ainsi, « Buhari ne doit plus mériter d‘être appelé président. Nous l’appellerons désormais général de division Muhammadu Buhari », a écrit PUNCH.

Des allégations rejetées par l’entourage du président Buhari. « Femi Adesina, conseiller à la communication du président a déclaré que le fait que le Punch puisse insulter le Président dans un éditorial en première page et qu’ils rentrent chez eux pour dormir paisiblement est le meilleur témoignage de la prévalence de la liberté de la presse et d’expression dans le pays », a tweeté Garba Shehu, porte-parole du dirigeant nigérian.

Reste à savoir jusqu’où s’arrêtera cette passe d’armes qui ne fait que commencer.

En attendant, l’organe a également rappelé qu’avant d‘être élu pour la première fois en 2015, Muhammadu Buhari avait dirigé le Nigeria entre 1983 et 1985 après avoir destitué un autre général Ibrahim Babangida.

Et d’autres observateurs indiquent que l’actuel locataire du Palais présidentiel Aso-Rock Villa d’Abuja avait joué lui aussi un rôle déterminant dans la guerre du Biafra (1967-1970) qui fit plus de 140 000 morts et plus de 2 millions de réfugiés.