Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

OMS : la lutte contre le paludisme ralentie par la Covid-19

  -  
Copyright © africanews
Andre Penner/Copyright 2016 The Associated Press. All rights reserved.

Paludisme

L’urgence de la pandémie de Covid-19 doublée par la mobilisation des moyens pour y faire face, a perturbé les services de lutte contre le paludisme.

Selon de nouvelles données publiées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’augmentation importante du nombre de cas d’infections au paludisme ainsi que le nombre de décès aurait été entraînée par cette situation.

"Dans le Rapport mondial sur le paludisme de cette année, nous constatons que nous ne faisons plus de progrès ni en termes de réduction des décès ni en termes de réduction des cas. Nous sommes au point mort. ....... Je pense que nous sommes au bord d'une crise potentielle du paludisme. Non seulement nous nous rapprochons de l'élimination ou de l'éradication au niveau mondial, mais le problème s'aggrave dans un grand nombre de régions d'Afrique. Cette situation appelle un regain d'intérêt pour l'action, pour s'attaquer à ce qui est loin d'être un programme inachevé. Il s'agit toujours d'un problème de santé mondial massif qui doit être abordé avec détermination et avec les pays, les pays endémiques eux-mêmes, à la tête de l'action..." a déclaré le Dr Pedro Alonso, directeur du Programme mondial de lutte contre le paludisme, Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le dernier rapport mondial de l'OMS sur le paludisme enregistre plus de 240 millions de cas de paludisme et plus de 620 000 décès dus à ce parasite humain dans le monde en 2020.

L’OMS estime qu’il y aurait environ 14 millions de cas supplémentaires en 2020 par rapport à 2019, et 69 000 décès de plus.

Dr Pedro Alonso, directeur du programme mondial de lutte contre le paludisme, Organisation mondiale de la santé (OMS) : ".... L'importance de ces deux annonces, d'abord, la recommandation de l'OMS, ensuite, l'approbation de Gavi est, je crois, vraiment historique. Nous avons besoin de nouveaux outils. Avec les outils dont nous disposons actuellement, nous pouvons sauver des vies et nous avons sauvé des vies, mais nous ne pouvons pas imaginer que nous allons continuer à faire le type de progrès qui est nécessaire. Nous avon s également besoin d'outils technologiques. Nous avons besoin de nouveaux vaccins. Nous avons besoin de nouveaux médicaments. Et le fait que, pour la première fois, un vaccin contre le paludisme puisse rejoindre les autres outils dont nous disposons pour lutter plus efficacement contre le paludisme et réduire ce que nous estimons être de 40 à 8 000 décès supplémentaires d'enfants africains chaque année est une percée scientifique et de santé publique.

Malgré les défis imposés par la Covid-19, des accomplissements dans la lutte contre le paludisme peuvent être soulignés. Le premier vaccin contre le paludisme RTS,S /AS01 a été recommandé par l'OMS en octobre 2021, les trois quarts des moustiquaires imprégnées d’insecticides ont été distribués dans les pays où la transmission du paludisme est au niveau modéré à élevé, **11.8 millions d’enfants de plus que l’année précédente ont obtenu des médicaments paludiques en 2020**.