Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Algérie : le MSP envisage d'entrer au gouvernement à l'issue des législatives

Abderrezak Makri , président du mouvement de la société pour la paix   -  
Copyright © africanews
RYAD KRAMDI/AFP or licensors

Algérie

Le Front de libération nationale (FLN) et les islamistes du mouvement de la société pour la paix (MSP), se sont félicités mercredi du résultat du scrutin législatif en Algérie malgré une abstention record.

Le président du MSP, Abderrazak Makri s'est dit très heureux des résultats. Son parti enregistre une avancée en gagnant une trentaine de sièges : nous sommes très satisfaits, car nous sommes dans une position qui nous permet d'effectuer beaucoup de mouvements et de travailler dans beaucoup de directions différentes. Dieu, le peuple algérien et les électeurs nous ont mis dans une position extrêmement confortable, qui nous permet d'être au service du pays de développer et d'étendre notre mouvement sans aucun problème.

Abderrazak Makri a regretté de ne pas avoir obtenu la majorité pour mettre en œuvre des mesures de pacification, comme la libération des détenus d'opinion, la liberté d'expression, l'indépendance de la justice et la liberté d'association. Il a ajouté que son parti étudierait une proposition de participer au prochain gouvernement. Nous allons vers la construction d'un contrat national qui aboutira à un gouvernement d'union nationale.

À propos d'une supposée proposition du gouvernement, nous avons besoin d'un dialogue stratégique pour construire le pays, et nous allons étudier cette proposition et évaluer son sérieux et son réalisme, et la soumettre au conseil constitutif, qui prendra la décision.

Le FLN arrive en tête devant un groupe disparate d'indépendants, le MSP et un vieil allié proche du pouvoir, le Rassemblement national démocratique (RND). Les résultats "semblent montrer que le président (Tebboune) n'a pas réussi à mobiliser une base sociale différente de celle du président précédent", analyse l'universitaire Louisa Dris-Aït Hamadouche.

Voir plus