Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

La jeunesse ougandaise attend un changement de pouvoir

Jeunesse   -  
Copyright © africanews
MARC HOFER/AFP

Ouganda

C'est une campagne électorale qui aura poussé les camps à des extrêmes sanglants. Une campagne truffée de violences, peu respectueuse des droits de l'homme.

C'est dans ce chaos politique que se retrouvent empêtrés les jeunes Ougandais, une génération née bien après la prise du pouvoir du président Yoweri Museveni en 1986. Désespérés de voir une autre figure guider leur pays, ils bravent la censure pour faire entendre leur voix et défier le régime.

C'est plus qu'un match de football amical, c'est un rassemblement de jeunes, pour la plupart au chômage, qui amplifie l'appel au changement à la tête du pays __mais même avec le manifeste que l'opposition a présenté, aucun de ces jeunes n'est certain que ces promesses seront effectivement tenues explique la correspondante d'Africanews Raziah Athman.

Namanya Render, a 25 ans, il est diplômé en gestion des ressources humaines mais n'a jamais eu la chance de trouver un emploi. Au fur et à mesure que les campagnes s'intensifiaient, il est devenu l'un des initiateurs d'une campagne contre les violences policières et a consacré son temps à démonter les promesses hasardeuses du président Museveni au fil des ans. L'espoir de Namanya que les choses s'améliorent est partagé par beaucoup

Vous ne pouvez pas être sûr qu'il va faire ce qu'il dit. Mais nous espérons juste que cette fois-ci, Bobi Wine est peut-être différent. Nous espérons qu'il sera un meilleur homme politique, un meilleur président avec des opportunités d'emploi, moins de brutalité, moins de corruption, moins de népotisme. C'est ce que nous espérons. Nous espérons un Ouganda juste pour tout le monde souligne-t-il

Un candidat de son âge, John Katumba, est également dans la course pour devenir chef de l'État et mettre fin aux 35 ans de règne de Yoweri Museveni. A l'image de cette étudiante pour qui si la démocratie existe, le changement reste possible

Quelque 18 millions de personnes sont inscrites sur les listes électorales et devront départager jeudi les participants à une des courses électorales les plus serrées des dernières décennies.

Voir plus