Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Le commerce du cacao peu lucratif pour les producteurs ghanéens

Deux cultivateurs de cacao étalent des fèves de cacao pendant le processus de séchage au soleil à Asikasu, une ville de la région Est du Ghana, le 19 décembre 2020.   -  
Copyright © africanews
CRISTINA ALDEHUELA/AFP or licensors

Ghana

Au Ghana, les petits producteurs de cacao dénoncent leurs faibles revenus après que la querelle médiatique avec le géant américain du chocolat Hershey’s ait été désamorcée. La Côte d’Ivoire et le Ghana, respectivement premier et deuxième producteurs mondiaux de cacao, ont obtenu de la multinationale qu’elle paie une prime supérieure au prix du marché afin d’aider à augmenter les revenus des agriculteurs pauvres.

"La culture du cacao est un travail très dur, et elle implique beaucoup de dépenses : coûts de main-d'œuvre, entretien de la ferme, achat de produits chimiques. Il y a beaucoup de choses qui entrent en jeu. Donc le prix qu'ils nous donnent, 660 Ghana Cedis (113 USD), est tout simplement minime. Nous voulons plus que cela", déclare Emmanuel Norjor, propriétaire d'une exploitation de cacao.

D'autres Ghanéens qui travaillent dans les plantations de cacao, comme Bensil Aryetey, ne croient pas en l'avenir de ce secteur pourtant si épuisant et prenant. "L'avenir du cacao est très pauvre et nous n'aimons pas ça. Nous voulons que le gouvernement augmente tout pour nous parce que nous y consacrons du temps et nous dépensons notre énergie au commerce du cacao. Pourtant après tout cela, nous n'avons rien".

Des millions de petits agriculteurs ivoiriens et ghanéens qui produisent ensemble 60 % du cacao mondial, vivent dans une pauvreté extrême. Les deux pays producteurs de cacao avaient accusé, début décembre, les géants de la confiserie Hershey's et Mars d'avoir contourné un accord pour payer le différentiel de revenu vital (LID), une prime de 400 dollars par tonne de cacao, la matière première du chocolat.

Le LID fait partie d'un programme géré par les multinationales pour certifier que leur chocolat est produit de manière éthique - en respectant les normes de durabilité et sans travail des enfants - ce qui leur permet de le vendre à des prix plus élevés aux consommateurs occidentaux.

Le Conseil du Café-Cacao de Côte d'Ivoire a déclaré qu'il avait levé la suspension des programmes de certification de durabilité de Hershey après que la firme se soit engagée à payer la prime, selon une lettre adressée à la société américaine.

Le marché mondial du chocolat est estimé à plus de 100 milliards de dollars, concentré dans un petit nombre de multinationales. Mais seulement 6% de la bonbonnière revient aux agriculteurs des pays tropicaux qui cultivent le produit brut.

Voir plus