Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Afrique du Sud . La pandémie perturbe les rites funéraires traditionnels

Enterrements en Afrique du Sud   -  
Copyright © africanews
AP Photo

Afrique du Sud

La pandémie de coronavirus ne bouleverse pas que la vie des Africains, mais aussi leurs rites funéraires.

En Afrique du Sud, les enterrements ont normalement lieu le week-end. Les membres de la famille et les autres personnes en deuil viennent de tout le pays, organisent des veillées de nuit et lavent le corps. Des centaines de personnes peuvent assister aux funérailles, et certaines le font encore malgré les nouvelles restrictions du gouvernement qui limitent à 50 le nombre de personnes en deuil.

Mais à cause du nombre de morts, des gens sont enterrés tous les jours et le entreprises d’inhumation sont plus occupes que jamais.

Taru Sibeko directeur des opérations de Maziya Funerals, confirme que le rituel le plus perturbé par les nouvelles réglementations est le lavage du corps par la famille avant l'enterrement. "Le jeudi, la famille vient laver le corps, que nous mettons ensuite dans un cercueil. Le vendredi nous nous passons la journée avec lui à la maison, jusqu’à l’enterrement le samedi. Et évidemment, le corps est ensuite emmené au cimetière. Cela a complètement changé".

Expérience traumatisante

Pour le directeur général de la compagnie d'assurance funéraire Avbob, Carl van der Riet, les réglementations gouvernementales aggravent encore ce qui était déjà une expérience traumatisante : "Les gens gèrent les chocs de différentes façons et comptent sur les réseaux familiaux pour les aider et les soutenir dans des moments de deuil. C’est le seul domaine où l'impact potentiel est que les gens n'ont plus ce niveau de soutien et ne sont plus capables de traiter les traumatismes".

En cette période de pandémie, ces rituels sont fortement déconseillés. Les familles ne peuvent plus laver le défunt lorsque celui décède de causes liées au COVID19. Les corps sont conservés dans les hôpitaux, où ils sont emballés dans trois ou quatre sacs mortuaires qui ne sont pas censés être ouverts. Certains cercueils sont maintenant apposés avec des autocollants jaunes portant un symbole de danger biologique et les mots "Hautement contagieux".

Alors que l'Afrique du Sud continue à assouplir progressivement les règles de confinement, beaucoup espèrent que ces rituels seront à nouveau autorisés.

Voir plus