Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Maurice : Le Wakashio met les mangroves et récifs coralliens en danger

  -  
Copyright © africanews
AFP PHOTO / Satellite image ©2020 Maxar Technologies

Maurice

Plus d’un mois que le MV Wakashio s’est échoué à l’Est de Maurice.

Le 25 juillet, ce vraquier exploité par la compagnie japonaise Mitsui OSK Lines a heurté un récif de cette île de l'Océan indien. Depuis le 6 août, il a laissé échapper près de 1 000 tonnes de fioul qui ont souillé le lagon de Mahebourg et de la Pointe d’Esny.

L'écosystème des mangroves est très affaibli. Des débris de l’épave pourraient également mettre en danger les récifs coralliens et les fonds marins. Des experts japonais dépêchés sur place ont expliqué mardi lors d'une vidéoconférence avoir examiné une douzaine de zones sous-marines à 800 mètres au Nord-Ouest de l'épave.

"Nous n'avons pas confirmé la mort des récifs coralliens due au fioul, et nous n'avons pas non plus trouvé d’huile au fond de l'océan. Cependant, nous confirmons que la couleur de l'eau à proximité de l’épave est terne et que le ballotage du navire fissure les récifs coralliens", déclare Noriaki Sakaguchi.

Coulée au large

La plus longue partie du Wakashio a été coulée à environ 15 km au large ce lundi, mais la poupe est toujours échouée sur le lieu du naufrage. Deux remorqueurs avaient entamé le tractage de toute la partie avant pour qu'elle y soit coulée à une profondeur de 3 180 m.

Opposée à cette opération, l'ONG écologiste Greenpeace avait averti que couler l'épave "mettrait en danger la biodiversité et risquait de contaminer l'océan avec des quantités importantes de métaux toxiques lourds, menaçant d'autres zones également, particulièrement l'île française de la Réunion".

Une équipe de scientifiques britanniques est arrivée ces derniers jours à Maurice pour coordonner une étude d'impact afin de connaître les dommages causés et les mesures à prendre pour permettre à l'écosystème de se rétablir.

Les efforts de nettoyage des plages et du lagon ont été menés principalement par des volontaires soutenus par des ONG. Le Mahebourg Waterfront est devenu le centre de l'opération.

Voir plus