Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

L'Algérie libère quatre leaders de la contestation

L'Algérie libère quatre leaders de la contestation

Algérie

Tabbou, 47 ans, est l’une des figures les plus importantes, sinon la plus connue, du “Hirak”, un mouvement qui a provoqué la chute en avril dernier du président Abdelaziz Bouteflika.

Il est sorti de la prison de Kolea, à l’ouest d’Alger, dans l’après-midi, accompagné des militants Amira Bouraoui et Samir Benlarbi qui ont été vus à la sortie de la même prison après avoir également bénéficié de libérations provisoires.

“Notre bonheur n’est pas complet. En partant, j’ai laissé deux frères en prison”, a déclaré brièvement Benlarbi.

Parmi les personnalités “Hirak” les plus connues derrière les barreaux se trouve le journaliste Khaled Drareni, responsable du site d’information Casbah Tribune et correspondant de la chaîne de télévision française Tv5Monde. Sa demande de libération a été rejetée.

Un quatrième militant, Slimane Hamitouche, “est déjà rentré chez lui”, a déclaré l’un de ses avocats, Abderahmane Salah.

Tabbou, emprisonné en septembre 2019, purgeait une peine d’un an pour “atteinte à l’intégrité du territoire national”.

>>> LIRE AUSSI : Algérie : liberté provisoire pour Karin Tabbou, figure emblématique de la contestation

Il est également accusé d’“atteinte au moral de l’armée”, dans un procès qui a été reporté au 14 septembre.

Abdellah Benadouda, fondateur de la Radio Corona Internationale, basée aux Etats-Unis, a déclaré que la prochaine étape serait de “libérer le système judiciaire” en Algérie.

L’avocat de M. Bouraoui a déclaré que ce dernier avait également été libéré provisoirement, en attendant une nouvelle audience en appel le 24 septembre.

Elle a été condamnée à un an de prison le 21 juin pour une série d’accusations, notamment pour avoir “offensé” le président et l’Islam ainsi que pour “incitation” à violer les règles de détention des coronavirus.

Sosiane Djilali, chef d’un parti d’opposition, a déclaré il y a un mois que le président Abdelmadjid Tebboune lui avait dit, lors d’une réunion, qu’il “veillerait à ce que Karim Tabbou et Samir Benlarbi retrouvent leur liberté”.

Grâce présidentielle

Benlarbi, une personnalité des médias, avait été placé en détention préventive.

Toujours à l’approche du 5 juillet, date anniversaire de l’indépendance de l’Algérie de la France en 1962, Tebboune a gracié mercredi six prisonniers, dont trois liés à Hirak.

Les manifestations antigouvernementales hebdomadaires ont secoué l’Algérie pendant plus d’un an et ne se sont arrêtées qu’en mars en raison de l’apparition du nouveau coronavirus, les autorités ayant interdit les marches – bien que l’opposition ait déjà cessé de se rassembler, en raison des inquiétudes suscitées par le virus.

Mais le gouvernement algérien continue de cibler les opposants, les journalistes, les médias indépendants et les internautes.

Selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), près de 70 personnes sont actuellement détenues sur la base d’accusations liées au mouvement de protestation, principalement sur des publications sur Facebook.

Voir plus