Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Afrique : une autre statue de président controversée

Afrique : une autre statue de président controversée

Malawi

À Lilongwe, la capitale malawite, la statue de l’ancien président Bingu wa Mutharika compte désormais parmi les attributs. S’il s’agit d’un acte de reconnaissance à l’endroit du président disparu, il n’en demeure pas moins qu’elle suscite des railleries sur les réseaux sociaux, où la statue ne séduit guère.

Ce vendredi, sur les réseaux sociaux malawites, un sujet est tendance. Les internautes viennent de découvrir une statue érigée en l’honneur du président Bingu wa Mutharika, qui a servi de 2004 jusqu‘à sa mort en 2012. L‘œuvre a été inaugurée dans la capitale Lilongwe par l’actuel chef d’Etat, Peter Mutharika, frère de l’ancien président, à l’occasion du septième anniversaire de la mort de M. Mutharika.

Mais sur les réseaux sociaux, le sens du symbole a vite été surplombé par la qualité de l‘œuvre. Ils sont, en effet, nombreux les internautes qui jugent que la statue n’est en rien ressemblante à l’ancien dirigeant. D’autres évoquent simplement un acte de sabotage et un manque de respect à l’ancien président.

“Au Malawi, le gouvernement a payé un artiste pour façonner une statue de l’ex-président Bingu wa Mutharika. Mais le résultat est quelque qui ressemble au ministre des Finances Goodall Gondwe ou au nationaliste John Chilembwe, si ce n’est le regretté Jomo Kenyatta ou encore Chimulirenji, l’allié de l’actuel président Peter Mutharika”, ironise un internaute sur Twitter.

Le cas Sankara

Pour sa défense, l’artiste sud-africain Jean Doyle qui a réalisé la pièce a expliqué à un média malawite que son travail a été supervisé par des représentants du gouvernement et par la famille de M. Mutharika. Ceux-ci auraient d’ailleurs adoubé le résultat. Des explications qui semblent écarter une quelconque modification de l‘œuvre rendue, d’autant que le gouvernement n’a toujours pas réagi à la polémique.

Cette affaire n’est pas sans rappeler la récente polémique autour d’une statue en hommage à Thomas Sankara inaugurée en marge du festival de cinéma et de télévision, le Fespaco, au Burkina Faso. Le monument de cinq mètres de haut, dévoilé le 2 mars en présence du président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré et de l’ancien chef d’Etat ghanéen Jerry Rawlings, a suscité d’emblée des critiques.

Là aussi, des admirateurs du “Ché africain” qui reste immensément populaire dans son pays, avaient critiqué son manque de ressemblance avec l‘œuvre. Contrairement au cas du Malawi, les autorités burkinabè ont demandé des corrections sur le monument.

En Afrique, l’histoire des statues ou monuments est jalonnée de polémiques, soit à cause de la qualité de l‘œuvre, soit à cause des relents économiques ou colonialistes qu’ils impliquent.

>>> LIRE AUSSI : Burkina : inauguration d’une statue de Thomas Sankara à Ouagadougou
Voir plus