Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Le Soudan du Sud suspend le dragage d'une rivière et de zones humides

Le Soudan du Sud suspend le dragage d'une rivière et de zones humides
Une femme porte un seau sur sa tête alors qu'elle patauge dans les eaux de crue dans le village de Wang Chot, dans l'État de Jonglei, au Soudan du Sud, le 26 novembre 2020   -  
Copyright © africanews
Maura Ajak/Copyright 2020 The Associated Press -

Sud-Soudan

Le président du Sud-Soudan a ordonné samedi la suspension de toutes les activités liées au dragage dans le pays jusqu'à ce que des études factuelles soient réalisées sur leur impact sur les communautés environnantes et les écosystèmes dont elles dépendent.

L'annonce de Salva Kiir Mayardit, faite lors de son discours à l'occasion du 11e anniversaire de l'indépendance du pays, signifie que le projet de dragage de la rivière Bahr el Ghazal-Naam, approuvé par le Conseil des ministres l'année dernière, et le projet centenaire de canal de Jonglei seront désormais arrêtés.

En mai, le gouvernement de l'État d'Unity a reçu de l'Égypte du matériel de dragage pour le projet sur la rivière Naam, affirmant que cela réduirait les inondations qui ont déplacé des milliers de personnes dans l'État. Ce projet a suscité de vives critiques de la part des écologistes, des citoyens et des militants, qui ont déclaré qu'il entraînerait une catastrophe environnementale et économique, en asséchant le Nil blanc et les zones humides du Sudd, dont dépendent les agriculteurs et la faune locale.

Mais les responsables gouvernementaux, y compris les vice-présidents du Soudan du Sud, ont fait valoir que le processus de dragage contribuerait à ouvrir les rivières à l'activité économique et à atténuer les inondations qui ont touché la majeure partie du pays. Le Soudan du Sud a connu des inondations extrêmes au cours des trois dernières années, qui ont touché 1,2 million de personnes dans tout le pays.

Impact environnemental

"Les parties en présence ont avancé des arguments légitimes, tant pour que contre le dragage", a déclaré Salva Kiir dans son discours, ajoutant que les études de faisabilité des projets sont primordiales. Vendredi, des experts en environnement et des universitaires de l'Université de Juba ont appelé le gouvernement à réaliser une étude d'impact environnemental et social avant de draguer les affluents du Nil.

Tag Elkhazin, un expert du Nil, a assimilé le soutien des Sud-Soudanais au projet de dragage à une trahison. "Arrêtez le dragage, ce n'est pas dans votre intérêt, c'est dans l'intérêt d'un pays étranger", a-t-il déclaré lors d'une présentation virtuelle sur le canal de Jonglei et les ressources en eau au Soudan du Sud. Selon lui, d'autres pays situés le long du Nil, comme l'Égypte, bénéficieraient de projets de dragage qui détourneraient davantage d'eau en amont.

Inondations

Tag Elkhazin ajoute que les inondations sont saisonnières et ne devraient pas être une raison pour drainer les affluents du Sudd, ce qui aurait un impact environnemental durable. Des universitaires et des ingénieurs hydrauliques locaux ont également accusé le gouvernement d'autoriser le dragage sans consulter le grand public.

Le président Kiir a mis en place un comité de consultation et de sensibilisation du public de 40 membres sur la région du Sudd et le Nil blanc afin de discuter des meilleures options pour la gestion des inondations et de l'eau. Il a déclaré qu'une décision sur les projets, soutenus par les citoyens des deux côtés du débat, sera prise une fois que le comité aura publié ses conclusions.

Voir plus