Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Afrique du Sud : libération de Sean Davison, militant pro-euthanasie

Le militant Sean Davison après sa libération, à Cape Town, en Afrique du Sud, le 20 juin 2022.   -  
Copyright © africanews
Cleared AFP -

Afrique du Sud

Le militant sud-africain pro-euthanasie Sean Davison a été libéré lundi au Cap. Il avait été condamné en 2019 à huit années de résidence surveillée, pour avoir aidé trois personnes à mourir. Il a été libéré après avoir effectué trois ans de sa peine.

"Je n'ai pas franchi de limite. J'ai aidé ma mère à mourir par compassion et j'ai aidé trois hommes à mourir à Cape Town pour la même raison", a déclaré Sean Davison, à la sortie du tribunal. "La compassion, c'est la compassion. Pourquoi la compassion pour ma mère serait-elle différente de celle que j'ai ressentie pour ces hommes ? Je n'ai pas franchi la ligne, il n'y avait aucune ligne à franchir."

Sean Davison avait déjà été condamné en Nouvelle-Zélande, son pays de naissance, pour avoir aidé sa mère à mourir. Désormais libre, il souhaite continuer à militer, pour que "le droit de mourir dans la dignité" ne soit plus assimilé au meurtre.

"Lorsque j'étais assigné à résidence, un certain nombre de pays ont changé leur législation, notamment la Nouvelle-Zélande", continue le militant. "Tous les États d'Australie ont maintenant modifié la loi. Et récemment, nous avons eu l'Espagne et d'autres États des États-Unis d'Amérique. Il y a un mouvement général dans le monde pour un changement juridique. Et mon cas l'a encore mis en lumière en Afrique du Sud. Avec un peu de chance, les politiciens vont s'asseoir et écouter et comprendre la tendance du pays."

Autre éminent soutien de la cause, le Prix Nobel de la Paix et icône de la lutte contre l'apartheid Desmond Tutu avait plusieurs fois pris la parole en faveur de la mort assistée dans la dignité. Alors qu'il venait de célébrer ses 86 ans, il avait expliqué qu'il espérait "franchir la dernière étape de sa vie" à sa manière.

"Quant à l'évêque Desmond Tutu, c'était un bon ami pour moi, et il m'a beaucoup soutenu lorsque je devais aller au tribunal, en commençant en Nouvelle-Zélande lorsque j'ai été arrêté pour la mort de ma mère, et cela a continué en Afrique du Sud, lorsque j'ai été arrêté pour la première fois et accusé de meurtre", continue Sean Davison.

"Dès le lendemain, il est allé dans les médias pour me soutenir, sans même connaître les circonstances, parce qu'il me faisait confiance et qu'il savait, qu'il comprenait ce qui s'était passé. C'est une grande perte dans notre mobilisation, parce que lorsque Desmond Tutu parlait, le monde l'écoutait."

En 2015, la justice sud-africaine avait permis à une personne atteinte de cancer de bénéficier d'un suicide médicalement assisté. Mais le jugement avait été cassé l'année suivante, coupant la voie à la légalisation de l'euthanasie.

Voir plus