Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Un record de plus de 59 millions de personnes déplacées en 2021

Une jeune Congolaise regarde un camp de personnes déplacées à l'intérieur du pays (PDI), le 20 mars 2018.   -  
Copyright © africanews
JOHN WESSELS/AFP or licensors -

Réfugiés

Les conflits et les désastres naturels ont fait fuir des millions de personnes l'an dernier à l'intérieur même de leur pays, portant le nombre total des déplacés à un record de près de soixante millions, selon une étude rendue publique jeudi par des ONG.

Une nouvelle étude sur les migrations publiée jeudi révèle le nombre alarmant deS déplacé dans le monde. Selon le rapport annuel de l'Internal Displacement Monitoring Centre, les personnes déplacées internes étaient 59,1 millions en 2021, soit 4 millions de plus que l'année précédente.

L'Afrique subsaharienne est la région qui a enregistré le plus grand nombre de déplacements internes avec plus de cinq millions rien qu'en Ethiopie.

Dans ce pays de la corne de l'Afrique, une guerre civile de 18 mois a déclenché une crise humanitaire massive dans laquelle des millions de personnes ont été contraintes d'abandonner leurs terres.

Des chiffres sans précédent ont également été enregistrés l'an dernier en République démocratique du Congo et en Afghanistan, où le retour au pouvoir des talibans conjugué à la sécheresse a poussé de nombreuses personnes à fuir. En revanche Moyen-Orient et l'Afrique du Nord ont enregistré les niveaux de nouveaux déplacements les plus bas en dix ans.

En Birmanie, où les militaires ont pris le pouvoir à la suite d'un coup d'Etat en février 2021, le nombre des déplacements a également atteint un niveau record.

Bien que les personnes déplacées par les conflits soient toujours plus nombreuses, les catastrophes naturelles écopent de la plus grande part de responsabilité.

Pas moins de 94 % de ces déplacements ont été attribués à des catastrophes météorologiques et climatiques, toujours plus fréquentes et plus intenses.