Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Amazonie : les regards tournés vers la COP26

Le président de la Coordination des organisations indigènes du bassin de l'Amazonie (COICA), Gregorio Mirabal.   -  
Copyright © africanews
RODRIGO BUENDIA/AFP or licensors

Equateur

L'avenir de la forêt amazonienne sera au cœur des débats et des enjeux de la COP26 qui se tiendra à Glasgow, en Ecosse, du 31 octobre au 12 novembre prochain.

Le rendez-vous sera suivi jusque dans la jungle équatorienne, à cinq heures de la capitale Quito, où 500 tribus jouent depuis longtemps le rôle de gardiens de la forêt.

"Nous ne nous rendons pas compte que l'être humain est devenu le pire ennemi de la nature et de la vie elle-même", explique Gregorio Mirabal, leader indigène du bassin de l'Amazonie. "Nous ne sommes pas les meilleurs, mais nous avons montré que nous pouvions aider le monde et nous avons besoin de l'aide de tous."

17% de la forêt amazonienne a disparu

Membre du peuple Wakuenai Kurripaco, Gregorio Mirabal est inquiet comme les 3,5 millions d'autochtones de l'Amazonie qui vivent dans neuf pays et territoires : Brésil, Bolivie, Pérou, Équateur, Colombie, Venezuela, Guyana, Suriname et Guyane française. 17% de la forêt a été anéantie par l'exploitation du pétrole et des minéraux, ainsi que par la pollution et la déforestation pour l'agriculture et l'élevage.

Mais les populations se mobilisent pour alerter l'opinion international qui pourrait encore inverser la donne : "si la planète se mobilise", assure l'homme de 54 ans, "en 2050, nos enfants pourront se baigner dans cette rivière, ils pourront voir ce qu'il y a ici, ils pourront voir les arbres, la biodiversité, ils pourront voir ces aras voler lentement. C'est le scénario que nous proposons au monde si vous nous aidez à protéger 80 % de l'Amazonie."

La partie est loin d'être gagnée mais les habitants de l'Amazonie espèrent que la COP26 permettra d'amorcer un virage décisif dans la protection de leur forêt.

Voir plus