Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Ethiopie : un Nouvel An sous le signe de l'inflation

Des personnes échangent des poulets vivants dans le quartier de Shola lors des préparatifs de la veille du Nouvel An éthiopien à Addis-Abeba, en Éthiopie, le 8/9/2021   -  
Copyright © africanews
AMANUEL SILESHI/AFP or licensors

Ethiopie

Les célébrations du Nouvel An éthiopien ont eu lieu dans des circonstances particulières le 11 septembre dernier. D’habitude la population se pare de nouveaux habits et organise des repas en famille, mais le conflit au Tigré a joué au trouble-fête.

La situation économique est inquiétante en Ethiopie alors que l’inflation a dépassé 30 % le mois dernier pour les produits alimentaires."Le coût de la vie sera stable lorsque le pays sera en paix. Les Éthiopiens sont inquiets et anxieux, nous jeûnons et prions. Que Dieu nous donne une année qui apporte l'amour et la paix", avance Tseday Yimer en parcourant un marché d'Addis Abeba.

En septembre 2020, le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) a défié Abiy Ahmed en organisant des élections locales - interdites en raison du coronavirus - et en annonçant une victoire écrasante le jour du Nouvel An. Deux mois plus tard, le Premier ministre a envoyé des troupes au Tigré pour renverser le TPLF, qu'il a accusé d'organiser des attaques contre des camps de l'armée fédérale.

Des milliers de personnes ont été tuées dans le conflit, également marqué par des massacres de civils et des viols de masse. Ces derniers mois, les combats ont gagné les régions voisines de l'Amhara et de l'Afar. Des centaines de milliers de personnes vivent désormais dans des conditions proches de la famine, dans ce que l'ONU dénonce comme un "blocus de facto" de la région.

Je souhaite à notre armée héroïque une bonne année ! J'étais ravi de faire la fête avec elle. Notre armée défend votre pays au bon moment, votre pays vous défendra.

Augmentation des prix

Si le gouvernement communique sur les avancées militaires, sur le marché d’Addis Abeba on s’inquiète surtout de l’augmentation du prix du beurre, de l’huile et du café. "L'augmentation des prix des marchandises affecte notre économie. Elle affecte également chacun d'entre nous. L'inflation rend la vie de plus en plus difficile", soutient Daniel Alemayehu, un habitant de la capitale.

Les autorités ont suspendu plus de 80 000 entreprises "soutenant le TPLF" et révoqué les licences de plus de 500 autres, a déclaré cette semaine un conseiller du ministère du Commerce. Le gouvernement nie mener une répression à caractère ethnique et affirme viser uniquement les partisans présumés du TPLF, classé organisation terroriste en mai.

Mais cela ne rassure guère les Tigréens, inquiets des récents rassemblements organisés par le gouvernement qui dénonce le TPLF comme "le cancer de l'Éthiopie" et appelle à la "destruction" de la "junte" tigréenne. La situation au Tigré n’a fait qu’exacerber des difficultés économiques antérieures. Selon l’ONU, le conflit a vidé les caisses de l’Etat de plus d’un milliard de dollars.

Voir plus