Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Un bonnet de natation pour cheveux afro fait débat

  -  
Copyright © africanews
cleared -

Natation

Qualifiée pour les JO de Tokyo, Alice Dearing est devenue la première nageuse noire de l'équipe olympique britannique. Mais elle se distingue aussi ces derniers jours dans une bataille, la défense d’un bonnet de bain adapté à la pratique de son sport par les nageurs de couleur.

Mais l’équipement a été interdit par la fédération internationale de natation au motif qu’il serait contraire à la forme naturelle de la tête. La décision passe mal. Tant la gestion de cheveux reste un défi pour les athlètes de couleurs.

"Avoir des cheveux afro, c'est assez difficile à entretenir. C’est un peu comme un travail à temps plein, à moins que vous ne les tressiez en arrière ou que vous obteniez des cornrows , cela ne fonctionnera tout simplement pas dans ces piscines régulières à cause de la force et de la dureté des cheveux. Donc, je pense, oui, maintenant que ces Soul Caps ont été développés, cela facilite un peu la pratique de la natation. '', explique Tony Cronin, entraîneur de natation à Hackney Aquatics Club.

La décision de la fédération internationale de natation est considérée comme contraire à la recherche de l'inclusion qui fait défaut à ce sport.

''Tout le monde en Angleterre a le droit de nager, nous voulons qu'ils se sentent à l'aise, en venant à la piscine indépendamment de la race, du sexe, de l'origine, de la foi ou autre. Et n'importe quelle barrière, peut empêcher cela. Et si on vous dit que vous ne pouvez pas porter ce bonnet, alors que cela convient parfaitement à votre coiffure, c'est une barrière, cela vous donne envie de ne pas venir.", souligne Jane Nickerson, PDG de Swim England.

La Fédération internationale de natation dit n’avoir pas fermé la porte à l’usage de cet équipement. Et promet d’examiner le sujet sous peu. Mais pour les Jeux de Tokyo, place au statut quo. En attendant la campagne en faveur du bonnet de la discorde continue.