Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Climat : l'Afrique s'engage à réduire ses émissions de gaz

  -  
Copyright © africanews
Sunday Alamba/Copyright 2016 The Associated Press. All rights reserved.

Changement climatique

La dernière session du sommet mondial virtuel sur le climat a eu lieu vendredi.

Organisé par le président américain Joe Biden, l’objectif de cette réunion était de faire évoluer la conversation de la menace climatique aux opportunités économiques.

Les chefs d’état africains présents ont exposé leurs objectifs et les cadres institutionnels mis en place pour les atteindre.

A l’image du président nigérian, Muhammadu Buhari et de son homologue kényan, Uhuru Kenyatta.

"Au-delà de la fin du brûlage du gaz d'ici 2030, le secteur pétrolier et gazier a pris des mesures pour la diversification, les systèmes de gestion des risques, l'assurance (indistinct) la recherche et le développement et la planification des crises énergétiques." a révélé le président du Nigéria, Muhammadu Buhari.

"Dans notre cheminement vers l'objectif de 2050, le Kenya entend achever sa transition vers les énergies renouvelables. Et les énergies propres représentent déjà environ 90 % de l'approvisionnement total en électricité au Kenya, et nous avons l'intention de porter ce pourcentage à 100 % d'ici à 2030." a déclaré le président kényan, Uhuru Kenyatta.

Le président Cyril Ramaphosa a profité de son discours pour exhorter les nations développées à aider les nations en développement à atteindre les objectifs climatiques.

Il a déclaré que si les pays les plus pauvres contribuent généralement moins aux émissions mondiales, ce sont eux qui "souffrent le plus des effets dévastateurs du changement climatique.[...]

Nous appelons les économies développées, qui sont historiquement les plus responsables des émissions, à assumer leurs responsabilités envers les économies en développement. Cela sera vital pour restaurer les liens de confiance entre les économies développées et en développement."

Optimiste, le président américain n’a pas ignoré la difficulté de la mise en oeuvre de ces objectifs ambitieux en matière de changement climatique Pour lui ce sommet mondial n’est qu’un début.