Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Le retour de l'Obamacare est attendu au Kenya

  -  
Copyright © africanews
NICOLAS DELAUNAY/AFP or licensors

Santé

L'élection du nouveau président américain Joe Biden a fait naître des espoirs chez les organisations de santé sexuelle et de reproduction qui avaient vu leurs financements suspendus par l'administration Donald Trump.

Sofi Mukwana, cette mère de quatre enfants se rend à la pharmacie se procurer des pilules contraceptives. Sous l'administration Obama, la santé sexuelle et de reproduction kényane était financée à hauteur de 95%. Sofi Mukwana se dit victime de la fin de l'Obamacare.

_Vous avez peut-être voulu que vos enfants se suivent à un certain rythme. Et comme il n'y a pas d'options de planning familial financées, vous trouvez qu'il est très difficile d'opter pour les options en vente libre, car elles sont très coûteuses. _

Dans ce cas, vous obtenez des enfants non désirés, ce qui se traduit par des difficultés pour les nourrir et maintenir une famille en bonne santé. En tant que femmes, nous demandons donc au président élu Joe Biden de redonner vie à l'Obamacare pour nous permettre de planifier nos grossesses afin d'avoir des familles que nous pourrons bien élever.

L'ancien président Donald Trump avait réétablit Global Gag Rule, ou règle du bâillon, ce décret qui interdisait le financement par les Etats-Unis d’organisations internationales qui proposent des services d’avortement, et délivrent une information complète en matière de santé sexuelle et de reproduction. Au Kenya, les docteurs appellent au retour de ce financement.

La règle du bâillon qui a été réintroduite par Trump doit être retirée. Parce que l'Obamacare offrait un soutien aux services de planning familial. Et en gros, une famille bien planifiée répond à tous ses besoins de base, et c'est ce que nous voulons souligne _le Dr Victor Odhiambo de la clinique paramédicale Elmo Premium._

Tout comme, Sofi Mukwana, les ONG du monde entier, qui ne pouvaient plus recevoir d'aide américaine parce qu'elles autorisaient des avortements se disent soulagées de l'élection de Joe Biden, un partisan de la liberté de choix.