Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Coronavirus : les étudiants africains de Chine, victimes de discriminations

Afrique

Colère et indignation à travers le continent , après la diffusion de vidéos d’actes considérés comme racistes et discriminatoires de chinois envers les ressortissants africains, accusés de propager le coronavirus.

Certains ont été délogés, expulsés de leur domicile, arbitrairement mis en quarantaine, et sont contraints à des tests de dépistage massifs du coronavirus.

C’est ce qu’explique Mohammed, un étudiant guinéen basé à Guanghzou.

Le Groupe des ambassadeurs africains à Pékin exige immédiatement la cessation des tests de force, de la quarantaine et des autres traitements inhumains infligés aux Africains...

“Votre patron ou votre propriétaire vous appellent pour vous dire qu’après ce contrat, ils ne pourront plus vous en donner aucun autre, et que vous devrez quitter la maison. Vous leur demandez pourquoi ? Et ils vous répondent que c’est le gouvernement qui leur met la pression pour ne pas laisser les Noirs vivre dans leurs maisons.”

Selon lui, les Africains sont toujours traités différemment, même ceux portant une attestation de dépistage négatif fournie par les autorités locales.

“Le problème n’est pas l’attestation, ce sont les mentalités. Parce que quand vous sortez, avant de voir l’attestation, quand quelqu’un vous voit, il vous fuit. “

Des discriminations également dénoncées par les ambassadeurs africains en Chine, qui ont fait part part de leur inquiétude au ministère chinois des Affaires étrangères dans une lettre ouverte adressée le 10 avril.

“Le Groupe des ambassadeurs africains à Pékin exige immédiatement la cessation des tests de force, de la quarantaine et des autres traitements inhumains infligés aux Africains de la province du Guangdong en particulier et de l’ensemble de la Chine, et exige également que les Africains soient traités de la même manière que les Chinois et les autres ressortissants”, ont-ils dénoncé.

Samedi, l’Union africaine a fait part de sa préoccupation et convoqué l’ambassadeur chinois auprès de l’UA, appelant Pékin à prendre des mesures correctives immédiates.

Alors que la pression internationale s’intensifie, le ministère des affaires étrangères de Pékin a publié dimanche une déclaration affirmant que la Chine attachait “une grande importance à la vie et à la santé des ressortissants étrangers” et rejetait toutes les remarques “racistes et discriminatoires”.