Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sci tech

sci-tech

De la viande artificielle bientôt dans nos assiettes

De la viande artificielle bientôt dans nos assiettes

Royaume-Uni

De la viande produite en laboratoire bientôt dans nos assiettes. Si la nouvelle a de quoi couper l’appétit aux amateurs de bonne chair, elle est à prendre au sérieux alors que des chercheurs britanniques ont réussi à produire de la viande en cultivant des cellules animales sur des brins d’herbe.

Pour les défenseurs de l’environnement, il s’agit d’une réponse durable et éthique à la demande croissance des consommateurs.

Les Nations unies estiment que la consommation de la viande devrait croître de 73 % d’ici 2050 par rapport aux chiffres de 2011.

Nous devons reproduire les conditions rencontrées chez la vache ou le poulet qui permettent à un muscle de se développer.

« Comparé aux options protéiques à base de plantes, c’est un plat qui a le goût de la viande. Donc, si vous aimez manger de la viande, mais que vous ne voulez pas manger de viande traditionnelle, alors c’est une option pour vous. »

Selon des experts en ingénierie tissulaire de l’Université de Bath, l’herbe offre la combinaison idéale pour permettre aux cellules de viande de s‘épanouir et de se développer.

« Nous concevons un processus. La partie centrale de ce processus est le bioréacteur. Nous devons reproduire les conditions rencontrées chez la vache ou le poulet qui permettent à un muscle de se développer. C’est en partie le matériau sur lequel il est cultivé, mais aussi la solution nutritive qui l’alimente et l’environnement général dans lequel elle est cultivée, c’est le bioréacteur et c’est notre domaine de compétence et c’est la façon dont nous cherchons à relever ce défi grandissant. »

Les concepteurs de cette viande in-vitro sont optimistes. Ils espèrent que leur produit pourrait être sur les rayons des supermarchés au cours des cinq prochaines années. Mais la perspective de déguster un hamburger préparé avec de la viande artificielle reste encore difficile à digérer pour de nombreuses personnes. Les promoteurs comptent convaincre les sceptiques que c’est l’unique moyen de produire de la viande sans détruire l’environnement.