Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

This is Culture

this-is-culture

Le lexique de la politique africaine documenté dans un dictionnaire d'Oxford

Le lexique de la politique africaine documenté dans un dictionnaire d'Oxford

Oxford

L’université d’Oxford vient de publier un dictionnaire qui retrace le lexique de la politique africaine, depuis la colonisation à nos jours. Qu’ils soient humoristiques ou tirés de la culture locale, ces mots et expressions témoignent bien de l’esprit et de la perspicacité des Africains face au contexte parfois difficile de leurs pouvoirs.

Avez-vous déjà entendu parler de la “Watermelon Politics” ? C’est une expression que vous n’entendrez qu’en Zambie. Il s’agit pour ainsi dire de la “politique de la pastèque” qui consiste pour une personne de faire croire qu’elle appartient à un parti politique, alors qu’en réalité, elle en soutient un autre.

Cette expression puise ses origines dans une stratégie des militants du parti d’opposition, le Parti uni pour le développement national (dont la couleur était alors rouge) qui ont feint de militer au sein du parti au pouvoir, le Front patriotique (de couleur verte), afin d‘éviter des représailles. Ils ont donc été décrits comme “verts à l’extérieur, mais rouges à l’intérieur”.

Vous trouverez cet exemple au sein du nouveau dictionnaire édité par deux doctorants et le professeur Nic Cheeseman de l’université d’Oxford. L‘œuvre répond à trois objectifs spécifiques. Premièrement, donner un aperçu clair et concis de certaines personnalités africaines ; deuxièmement, expliquer un ensemble de termes théoriques de la politique africaine sur les 70 dernières années ; et enfin, comprendre de manière beaucoup plus significative la contribution de l’Afrique aux politiques mondiales et modernes.

Les réseaux sociaux comme base

Les recherches ont ainsi reçu le concours des réseaux sociaux, expliquent les auteurs à The Conversation. Durant les périodes électorales, par exemple, ils ont répertorié un ensemble de termes – provenant d’une variété de langues, dont le kiswahili, le chibemba, le kikuyu, le wolof, l’iszulu et l’isXhosa – sur lesquels ils ont effectué des recherches. Ils ont aussi pu compter sur la participation de personnes anonymes dont les propositions ont été filtrées puis traitées.

Le recueil fait notamment cas de la “negotiated democracy” (littéralement, “démocratie négociée”). Pratiquée au Kenya, cette technique suppose le partage de positions politiques entre différentes communautés avant une élection afin d‘éviter un conflit de grande ampleur.

Le “Zoning” au Nigeria, est également répertorié. Cette pratique a, quant à elle, été mise en place pour tenter de faire tourner la présidence du pays le plus peuplé d’Afrique entre habitants du Nord et habitants du Sud. De sorte qu’aucune communauté ne soit exclue de façon permanente du pouvoir.

“Nomadisme politique”, “glissement” en République démocratique du Congo, ou encore “alternance” figure également dans le dictionnaire. Mais pas que. Les chercheurs d’Oxford ont par ailleurs dressé un calendrier quasi-exhaustif des événements politiques africains, brossé des sujets sur le VIH/Sida, la question du genre, le génocide rwandais, l’apartheid ou encore la famine.