Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sci tech

sci-tech

Santé : une deuxième personne guérie du sida

Santé : une deuxième personne guérie du sida

Santé

Un homme a été totalement guéri du VIH/Sida, rapporte l‘équipe médicale londonienne qui l’a pris en charge. C’est la deuxième personne au monde à se remettre de la pathologie après l’Américain Timothy Brown en 2007.

Et qui dit que le sida est une maladie incurable ? S’il y en a qui croit à l’incurabilité de cette pathologie ayant la particularité de détruire tout le système de défense de l’organisme, pas cet habitant de Londres.

Moins encore le personnel médical qui l’a soigné et qui devrait présenter son travail ce mardi 5 mars dans la revue scientifique « Nature ». « Le patient n’a montré aucune trace d’infection à VIH antérieure depuis qu’il a subi la greffe il y a trois ans. Il n’y a plus aucun virus là-bas (dans son corps) que nous puissions combattre », s’est félicité lundi Ravindra Gupta, professeur et biologiste spécialiste du VIH, qui a dirigé l‘équipe ayant traité le patient.

Et ce patient est la deuxième personne au monde à guérir du sida. Ce, après Timothy Brown ou « patient de Berlin » du nom de la ville où l’Américain avait été soigné en 2007. « Je suis la preuve vivante qu’on peut guérir du sida », déclara cinq ans plus tard Brown lors de la dix-neuvième conférence internationale sur la maladie à Washington.

Baisse significative du nombre de décès liés au sida

Testé positif en 1995, Brown et celui qu’on pourrait appeler « patient de Londres » doivent leur miracle à une méthode : greffe de moelle osseuse d’un donneur résistant au VIH. Une immunité naturelle très rare (seulement 0,3 % de la population mondiale) qui provient de la mutation génétique appelée « CCR5 delta 32 ».

Mais, la méthode ne marche pas de la même manière sur toutes personnes. Entre Brown et le patient londonien, les scientifiques ont tenté à plusieurs reprises de soigner d’autres patients atteints du sida en utilisant la même méthode, mais ils ont échoué.

Pas de quoi cependant doucher les espoirs des scientifiques comme Gupta qui estime que la méthode laisse entrevoir de nouvelles stratégies de traitement. Afin de soulager les 36,9 millions de personnes dans le monde atteintes du VIH/Sida. Et partant réduire davantage le nombre de décès liés au sida qui a chuté de plus de 51 % depuis 2004 (2,1 millions de morts), selon le programme commun des Nations Unies sur le VIH/Sida.

>>> LIRE AUSSI : Au Gabon, les antirétroviraux bientôt en rupture de stock
>>> LIRE AUSSI : Zimbabwe : un pasteur qui prétendait soigner le SIDA condamné à 700 dollars d’amende
>>> LIRE AUSSI : Santé : les 10 principales menaces en 2019 selon l’OMS