Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Baisse de la production pétrolière mondiale : l'Opep en quête de modalités

Autriche

<p><strong>Le verdict sur la baisse de la production mondiale de pétrole reste attendu jeudi, alors que les représentants des pays producteurs ne s’entendent toujours pas sur les modalités.</strong></p> <p>Les membres de l’organisation, menés par l’Arabie saoudite sont en majorité prêts à une baisse pour enrayer la vertigineuse dégringolade des cours du pétrole. Il faudra trouver la formule magique qui séduira un marché volatile sur lequel les cours ont chuté de 30 % en deux mois. </p> <p>Résultat : le prix du baril tourne désormais autour de 60 dollars pour le baril de Brent – la référence européenne.</p> <p>Dès mercredi, les négociations ont débuté en coulisses dans la capitale autrichienne entre les pays producteurs membres de l’Opep, et avec leurs partenaires, au premier rang desquels, la Russie. </p> <p>Ces deux groupes d’une vingtaine de pays au total, qui représentent plus de la moitié de l’offre mondiale, sont liés depuis fin 2016 par un accord de limitation de production.</p> <p>Un scénario joué d’avance pour Stephen Brennock, analyste pour la firme de courtage londonienne <span class="caps">PVM</span>. Un résultat contraire déclencherait selon lui “une frénésie de ventes dans des proportions bibliques et garantirait le retour à une surabondance mondiale de pétrole. Seule inconnue à ce stade, le volume des réductions de production”.</p> <p>L’Opep reste marquée par la stagnation des cours ayant suivi sa décision d’ouvrir les vannes fin 2014. Les prix avaient plongé à 45 dollars le baril en janvier 2015, fragilisant l‘économie des pétromonarchies.</p> <p>Et le fait que les Etats-Unis ont accordé des exemptions à huit pays importateurs, à des niveaux plus élevés que ne l’attendait le marché, a provoqué le plongeon des prix de ces deux derniers mois, effaçant les gains engrangés depuis début 2017.</p> <p>Possible source de tensions pour la réunion de jeudi, le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanganeh, a demandé mercredi soir à ce que son pays soit exempté de baisser sa production “tant que les sanctions américaines illégales ne sont pas levées”.</p> <p>Le président Trump qui fait pression sur l’<span class="caps">OPEP</span> a de son côté exhorté le groupe à ne pas faire remonter les prix de l’or noir, alors qu’il souhaite continuer à ménager les consommateurs américains.</p> <p><strong><span class="caps">AFP</span></strong></p>

"Même si nous pensons que le président Trump hésitera à aggraver la situation, les Saoudiens choisiront très soigneusement la formulation de toute annonce de réduction de production".

Voir plus