Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Les pays émergents critiquent le « mauvais usage » du FMI et de la Banque mondiale

Etats-Unis

<h4>Les critiques se cristallisent sur le statu quo à la tête du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale.</h4> <p>Les pays émergents, qui ont mis sur pied la Nouvelle Banque de développement, une institution rivale, s’insurgent contre le maintien d’une règle non écrite au sommet du système financier mondial, à savoir la Banque mondiale est pilotée par un Américain et le <span class="caps">FMI</span> par un Européen. </p> <p>Paulo Nogueira Batista, Jr., vice-président de la banque de développement des Brics s’insurge contre le maintien de cette tradition vieille de 72 ans. </p> <p>« Le changement de ces institutions est plus lent que prévu et l’attente de les voir changer a peut-être été réduite par rapport à ce qu’elle était au beau milieu de la crise de 2008-2009, quand nous avons eu l’impression qu’il y avait une véritable intention de réformer le <span class="caps">FMI</span> et la Banque mondiale. Nous sommes peut-être plus sceptiques, nous les pays émergents sommes peut-être plus sceptiques de cette perspective de changement ».</p> <p><strong>Assemblée annuelle</strong></p> <p>La Banque de développement des pays du <span class="caps">BRICS</span> a été mise sur pied en juillet 2015. Son objectif est de bousculer contre la sous-représentation des pays émergents dans les grandes institutions économiques. Ses dirigeants accusent notamment le <span class="caps">FMI</span> et la Banque mondiale d’encourager des politiques protectionnistes en Europe et aux États-Unis. </p> <p>“Ce sont fondamentalement des institutions qui reflètent le point de vue, les intérêts, les idéologies des puissances atlantiques du Nord – les Européens d’une part, les Américains de l’autre. Tels sont les principaux facteurs dans les institutions et les élites de ces pays. A mon avis, ils ont des difficultés à faire face aux défis de la situation actuelle et ils sont en train de perdre la confiance.”</p> <p>Les critiques des pays émergents refont surface alors que le <span class="caps">FMI</span> et la Banque mondiale tiennent, à Washington, leur assemblée générale annuelle ; et que l’Américain Jim Yong Kim vient d‘être reconduit à la tête de la Banque et la Française Christine Lagarde au sommet du <span class="caps">FMI</span>.</p>
Voir plus