Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Génocide au Rwanda : deuxième jour du procès de Félicien Kabuga

Emmanuel Altit, avocat principal de la défense, le 30 septembre lors du procès de Félicien Kabuga au Mécanisme international résiduel des tribunaux pénaux des Nations unies   -  
Copyright © africanews
Cleared / AFP / MICT -

Pays-bas

Au lendemain de l'ouverture du procès de Félicien Kabuga, l'avocat du principal suspect du génocide rwandais a déclaré que le défenseur n'était pas un chef de guerre au moment des faits mais un homme d'affaires dont l'entreprise avait été prise dans le chaos de l'époque.

Les procureurs accusent notamment cet homme de 87 ans d'avoir créé des médias haineux incitant les Hutus à tuer leurs rivaux tutsis.

_"Qu'est-ce qui aurait motivé chez Félicien Kabuga, cette activité frénétique dont le seul but selon le procureur aurait été la destruction d'un groupe ethnique ?[...]_Dans ce contexte de guerre, le comportement de Félicien Kabuga prend une autre couleur. Ce n'est plus un chef de guerre, c'est un homme, d'affaires pris dans le chaos de son époque, et c'est ce que nous montrerons." a déclaréEmmanuel Altit , avocat principal de la défense.

Le procès de Kabuga s'est ouvert jeudi devant le tribunal de La Haye aux Pays Bas. Il a d'ailleurs refusé pour la deuxième fois de se présenter devant le tribunal en signe de protestation, après s'être plaint qu'il avait perdu confiance en Altit, son avocat commis d'office, et que le tribunal avait refusé de le laisser choisir un nouvel avocat

Pour la défense, le rôle de Kabuga en tant que créateur de la Radio-Télévision libre des Milles Collines (RTLM) n'explique pas qu'il soit tenu responsable des agissements des journalistes de la radio et de ce qu'ils choisissaient de diffuser.

Kabuga est également accusé d'avoir soutenu les Interahamwe, une milice hutue, pendant le génocide, en les finançant, en organisant leur formation et en important des machettes et d'autres armes. Ce qu'ont nié ses avocats vendredi.

Plus de 50 témoins sont attendus pour l'accusation, à partir de mercredi prochain, dans un procès qui devrait durer des mois.

Félicien Kabuga est l'un des derniers suspects de génocide rwandais à faire face à la justice, avec 62 condamnés par le tribunal à ce jour.

Voir plus