Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Algérie : répression croissante de la dissidence

Manifestation Algérie.   -  
Copyright © africanews
AP Photo -

Algérie

Zaki Hannache, éminent militant du mouvement algérien pro-démocratique Hirak, a été emprisonné pour une série d'accusations, notamment pour apologie d'actes terroristes. Il est devenu l'un des centaines de prisonniers d'opinion algériens.

Des centaines de citoyens ont été emprisonnés pour avoir tenté de maintenir en vie le mouvement Hirak, qui a organisé des manifestations hebdomadaires en faveur de la démocratie à partir de 2019, entraînant la chute du président algérien de longue date, Abdelaziz Bouteflika.

Les marches ont été interdites l'année dernière par le gouvernement de la nation soutenu par l'armée.

Les autorités ont ensuite élargi leur enquête, en liant certains partisans du Hirak à deux groupes ajoutés à la liste des organisations terroristes de l'Algérie l'année dernière : Rachad, considéré comme des infiltrés islamistes dont les dirigeants se trouvent en Europe, et le MAK, un mouvement séparatiste de Kabylie, patrie des Berbères.

"Au cours des deux ou trois dernières années, des milliers de procès ont été intentés contre des militants", a déclaré le célèbre avocat algérien Mustapha Bouchachi.

"La seule erreur qui a été commise est qu'ils ont exprimé leur opinion politique sur les réseaux sociaux", a-t-il ajouté.

Pour les groupes de défense des droits de l'homme, Hannache et d'autres sont victimes d'un système de gouvernance injuste et archaïque qui considère les dissidents, ou simplement les voix critiques, comme des criminels. Ils affirment que les autorités algériennes utilisent les menaces à la sécurité nationale pour étouffer la liberté d'expression, y compris parmi les journalistes, et justifier les arrestations.

#PasUnCrime

Une campagne sur les médias sociaux, avec le hashtag #PasUnCrime (pas un crime) a été lancée le 19 mai par des dizaines d'ONG contre la répression des droits de l'homme.

En mars, la haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a demandé à l'Algérie de "changer de cap" pour "garantir le droit de son peuple à la liberté d'expression, d'association et de réunion pacifique."

Mohamed Farhaoui, un habitant d'Alger, a déclaré que "tout" doit être changé.

"Il faut tout changer dans la politique algérienne", a-t-il dit.

"Le président (Abdelmadjid) Tebboune doit insister là-dessus, même le parlement et les communes. Tout doit être changé, il faut donner une chance aux jeunes".

Le présidentAbdelmadjid Tebboune a récemment lancé une initiative mal définie baptisée "mains tendues", décrite comme un "front interne" visant à promouvoir le dialogue dans tous les secteurs de la société. Le chef de l'armée, Saïd Chengriha, a suggéré dans plusieurs discours qu'il s'agissait également de contrer les ennemis perçus de l'Algérie. 

L'initiative précède les célébrations, le 5 juillet, du 60e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie vis-à-vis de la France, obtenue après une guerre brutale de sept ans.

"Personne ne peut refuser" de prendre part à cette initiative, a déclaré Abou El Fadl Baadji, secrétaire général du Front de libération nationale, autrefois le seul parti politique algérien. Il est l'un des responsables que Tebboune a récemment consulté à ce sujet.

Voir plus