Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Covid-19 : la santé mentale des Kényans ébranlée par la pandémie

Nairobi, Kenya   -  
Copyright © africanews
YASUYOSHI CHIBA/AFP or licensors -

Kenya

La pandémie de coronavirus a eu un impact sur la santé mentale de nombreuses personnes dans le monde.

Au Kenya, le stress des fermetures, la peur de perdre son emploi et les difficultés financières qui en découlent ont perturbé le bien-être de plusieurs individus.

Dans le quartier de Nairobi la capitale, Alice Wanjiku fait le deuil de son fils Kimani, qui assumait la responsabilité financière de la famille. Âgé de 29 ans et lui-même père de deux enfants, il s’est suicidé en 2021.

"S'il avait demandé de l'aide, cela ne serait pas arrivé. Il aurait été conseillé et aurait changé d'avis. Le fait de rester seul a inspiré l'action négative" s'est confiéeAlice Wanjiku, une mère dont le fils s'est suicidé.

Comme Kimani, la majorité des personnes vivant dans les bidonvilles de Kibera ont perdu leur emploi après l’arrivée de la pandémie.

Et si beaucoup choisissent souvent de souffrir en silence afin d’éviter la discrimination, les agents de santé du centre communautaire d’Ushirika rendent visite aux habitants du quartier pour y remédier.

"La majorité de notre population vit dans le déni et nous avons des mythes et des idées fausses. Cela est dû au manque d'éducation et à une mauvaise connaissance du statut. Donc les gens ne croient pas qu'il y a une santé mentale et ensuite ils entrent soit dans le stress, soit dans la dépression, ce genre de choses." a expliquéAnthony Onyango, agent de santé communautaire au centre de santé Ushirika.

Le groupe d’entraide Ushirika Stress Free est composé de 68 membres qui proposent gratuitement des conseils et des thérapies de groupe.

L’un des objectifs étant d'aider les habitants à faire face au ralentissement économique provoqué par le COVID-19.

"Un problème à moitié partagé est un problème à moitié résolu. Cela signifie que lorsque vous vous ouvrez à vos conseillers ou à tout autre groupe de personnes lorsque nous sommes ensemble, vous constaterez que toutes les décisions que vous auriez pu choisir au départ, vous constaterez que l'on vous donnera les bonnes options à la fin des séances. C'est pourquoi nous encourageons la plupart de nos clients à suivre une thérapie de groupe. C'est là que nous discutons des problèmes et que nous proposons des options. Et grâce à cela, nous avons vu un très grand nombre d'entre eux réussir." a déclaréAnthony Onyango, agent de santé communautaire au centre de santé Ushirika.

Au Kenya il n’existe que 500 agents de santé mentale pour une population de près de 54 millions d’habitants.

Selon un rapport du ministère kényan de la santé, un Kényan sur dix souffre de troubles mentaux.

Le gouvernement a récemment annoncé la création d'un nouvel hôpital neuropsychiatrique et d'un centre d'excellence qui formera aux défis en matière de santé mentale.

Voir plus