Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Journée mondiale des abeilles : les pollinisateurs sont menacés

Un apiculteur syrien récolte le miel de ses ruches dans un champ situé dans la partie orientale de la province d'Idlib, le 16 mai 2022.   -  
Copyright © africanews
OMAR HAJ KADOUR/AFP or licensors -

Kenya

À l'occasion de la Journée mondiale de l'abeille l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), célèbre la diversité des abeilles et des systèmes apicoles.

Les abeilles sont des pollinisateurs importants, mais elles sont menacées par la perte d'habitat et les pratiques agricoles.

Selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), environ 90 % des espèces de plantes sauvages à fleurs dans le monde dépendent de la pollinisation, de même que plus de 75 % des cultures vivrières et 35 % des terres agricoles mondiales.

Selon la FAO, la production alimentaire mondiale annuelle dépend directement des pollinisateurs pour une valeur de 235 à 577 milliards de dollars.

Samuel Mwaniki est un apiculteur du comté de Kitui, au Kenya. Il affirme que le manque de précipitations et l'utilisation de pesticides pour lutter contre l'invasion de criquets de 2021 ont dévasté ses ruches.

"A côté de moi se trouve mon rucher qui compte plus de 20 ruches. Les deux ruches ont été colonisées et l'année dernière, nous avons eu des difficultés. Il n'a pas complètement plu à cause du changement climatique, en plus nous avons eu une invasion de criquets. Les mécanismes utilisés pour les contrôler étaient des pulvérisations qui ont affecté l'apiculture. Et encore une fois, l'utilisation des pesticides par les agriculteurs des environs, je peux l'attribuer à la perte de mes colonies" a-t-il arffirmé.

L'enfer des pesticides

Dans une ferme voisine, Meshach Amukol prépare un mélange de pesticides pour protéger ses cultures des parasites et augmenter son rendement. Les abeilles ne sont pas sa préoccupation.

"Quand je vais à l'agrovet pour acheter mes pesticides, je demande n'importe quel pesticide qui tuera tous les parasites de ma ferme. Je ne me soucie pas de savoir s'ils tuent les abeilles ou quoi que ce soit d'autre, je me contente d'acheter et de pulvériser toute la ferme", dit-il.

Au cours des trente dernières années, les populations de pollinisateurs se sont effondrées dans le monde entier pour diverses raisons, notamment l'exposition aux pesticides et aux herbicides, les ravageurs et les maladies envahissantes, la perte d'habitat, la disparition des espèces et de la diversité génétique, et le changement climatique, expliquent les scientifiques.

La contamination par les pesticides est très répandue, et même des niveaux sublétaux peuvent avoir un impact sur la capacité de recherche de nourriture des pollinisateurs et sur la productivité des ruches.

Le Dr Elliud Muli, chercheur à l'université du sud-est du Kenya, affirme que la perte d'habitat est également un problème majeur pour les abeilles.

"Chaque fois que vous coupez des arbres, vous vous débarrassez du nectar et du pollen, qui constituent la nourriture des abeilles. Et quand il n'y a pas de nourriture pour les abeilles, cela conduit à la fuite des colonies" précise le spécialiste. 

"Donc les abeilles qui ont été exposées à une mauvaise alimentation, il y a plusieurs choses qui arrivent à ces abeilles à miel. Tout d'abord parce que l'alimentation est mauvaise, elles ne seront pas en mesure de lutter contre les parasites et les nuisibles. Par conséquent, l'effet de ces parasites ou ravageurs est renforcé. Les apiculteurs auront donc moins de miel, car ces abeilles ne pourront pas lutter contre les parasites, les agents pathogènes et les ravageurs" a-t-il précisé.

John Henry Ogonda, du département des sciences de l'environnement de l'université Africa Nazarene, estime qu'une nouvelle approche pour lutter contre les parasites est nécessaire.

Il affirme qu'"Il y a une surutilisation des pesticides dans nos fermes et sur nos terres qui peut être retracée dans le miel que nous consommons, et aussi dans les aliments que nous consommons. C'est pourquoi nous devons minimiser l'utilisation de ces produits chimiques et encourager les systèmes écologiques de contrôle de ces problèmes. Par exemple, l'utilisation d'interventions biologiques lorsqu'il s'agit d'une invasion de criquets. Nous pouvons faire bon usage de certaines des propriétés de ces mêmes criquets. Par exemple, nous pouvons les utiliser pour la nourriture, le fumier, ou autre, plutôt que d'introduire des produits chimiques qui compromettent nos systèmes de vie."

Inverser la donne

En 2021, l'Afrique de l'Est a subi sa pire invasion de criquets depuis 70 ans. Mais à un endroit, les gens ont récolté les insectes plutôt que de les pulvériser avec des pesticides. Ils les ont vendus à une entreprise appelée Bug-Picture, qui les a transformés en aliments pour animaux et en engrais.

Certains des criquets terrestres ont été emmenés à la JKUAT (Jomo Kenyatta University of Agriculture and Technology) où ils ont été moulus et mélangés à d'autres régimes alimentaires expérimentaux. C'est le type d'approche que les écologistes espèrent voir se généraliser.

"Je dirais que c'est une approche multisectorielle. Il faut que les éleveurs, les agriculteurs, les environnementalistes et tout le monde, et bien sûr les apiculteurs, travaillent ensemble. Nous devons tous unir nos efforts pour sauver nos abeilles", explique M. Muli.

Selon les Nations unies, près de 35 % de tous les pollinisateurs invertébrés, en particulier les abeilles et les papillons, sont menacés d'extinction.

Voir plus