Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Soudan : les tribus de l'est en "quête d'égalité"

  -  
Copyright © africanews
cleared

Soudan

Sous le régime sévère de l'ex-président Omar el-Béchir, les tribus de l'est du Soudan se sont senties abandonnées et négligées, allant jusqu'à prendre les armes contre lui. Mais deux ans après son éviction, elles restent marginalisées et économiquement démunies.

Depuis des millénaires, les tribus vivant entre les frontières égyptienne et érythréenne jouissent d'une culture unique, avec des vêtements, des maisons et une alimentation traditionnels.

Les communautés orientales du Soudan appartiennent en grande partie à l'ethnie Beja qui habite les terrains rocheux des États de Gedaref et de Kassala. Ils ont suivi une vie nomade en tant qu'éleveurs de bétail et agriculteurs, parcourant les terres entre les rives du Nil à l'ouest et la côte de la mer Rouge à l'est.

"Les Béja ont toujours eu une aversion pour la vie urbaine", explique Moussa Saeed, professeur de sociologie à l'université de la mer Rouge.

Aujourd'hui, près de 90 % d'entre eux mènent encore une existence rurale dans de simples huttes couvertes de jute, "malgré la dureté de la vie", a-t-il ajouté.

Pendant plus d'une décennie sous le régime de Bachir, les communautés de l'est ont fait partie de la lutte armée contre son gouvernement, protestant contre la négligence économique, la marginalisation et la privation de droits.

Fin 2018, elles ont rejoint les manifestations nationales contre le pouvoir de Bachir qui ont finalement conduit à son éviction en avril 2019. Mais ces dernières semaines, ils ont fait partie des manifestants qui ont bloqué le principal port maritime du pays à Port-Soudan, ainsi qu'une route clé menant à Khartoum, mettant gravement à mal l'économie déjà en difficulté.

Comme d'autres dans tout le Soudan, les Béja ont soutenu le gouvernement de transition mis en place en août 2019 jusqu'à ce que l'administration dirigée par le Premier ministre Abdalla Hamdok signe un accord de paix avec les groupes rebelles, plus d'un an plus tard. Mais exposant les rivalités entre les tribus Beja, certains se sont opposés à cet accord d'octobre 2020, qui comprend une section relative au Soudan oriental, signée par des parties dominées par la tribu Beni Amer, mais excluant d'autres groupes comme les Al-Hadendoa.

Un leader de la protestation, Sayed Abouamnah, a déclaré que le blocus se poursuivrait "jusqu'à ce que le gouvernement tienne compte de nos demandes... en annulant les parties de l'accord de paix de Juba sur l'est qui ont été signées avec des personnes qui ne représentent pas l'est du Soudan".

Bien que la région soit connue pour ses champs fertiles, qu'elle soit riche en mines d'or et qu'elle constitue une plaque tournante du commerce maritime, elle est aussi la partie la plus pauvre du Soudan, classée par les Nations unies parmi les pays les plus pauvres du monde.

Langues anciennes

Un autre manifestant a déclaré qu'en dépit de la visite d'une délégation gouvernementale au début de l'année, ses demandes n'avaient pas abouti.

"Nous leur avons remis nos demandes, qui comprennent l'annulation des parties de l'accord concernant l'est. Cela fait quatre mois et le gouvernement n'a pris aucune mesure, bien qu'il ait promis de revenir vers nous une semaine après sa visite", a déclaré le leader de la manifestation, Abdallah Abouchar.

Les Béjas représentent environ 10 % des 45 millions d'habitants du Soudan, selon les derniers chiffres officiels publiés en 2008. Ils sont divisés en plusieurs tribus qui parlent principalement deux dialectes différents, le Bedawit et le Tigre.

Le Bedawit, parlé par les tribus Al-Hadendoa, Al-Bosharyeen, Al-Amr'ar, Al-Arteega et Al-Ashraf, aurait des liens avec la langue méroïtique qui prospérait dans l'ancien royaume de Kush il y a environ 4 000 ans.

D'autres tribus, comme les Beni Amer et les Al-Habbab, qui seraient originaires de la péninsule arabique, parlent le tigre, une langue sémitique parlée principalement dans le nord-ouest de l'Érythrée. Ils partagent une grande partie de leur culture et de leur mode de vie.

Les membres des tribus sont également protecteurs de leurs femmes, en particulier dans les zones rurales où "elles ne sont pas autorisées à être vues par des étrangers", a déclaré Mokhtar Hussein, chercheur en histoire tribale.

Mais au fil des siècles, cette coexistence a été entachée par des rivalités tribales qui ont débouché sur des combats sporadiques, souvent pour des terres et des ressources.

"quête de l'égalité"

Les tensions ont atteint leur paroxysme, notamment entre les tribus Al-Hadendoa et Beni Amer, après que les membres de ce dernier groupe ont signé une section relative à l'est dans l'accord de paix d'octobre 2020.

Les dernières manifestations, qui ont éclaté le 17 septembre à Port-Soudan, ont été menées par le chef de la tribu Al-Hadendoa, Al-Nazir Tirk, qui demande l'annulation de la section de l'accord concernant l'est du Soudan.

"Nous défendons une cause juste", a-t-il déclaré à la chaîne pan-régionale Al-Hadath le mois dernier. Vendredi, Abdalla Hamdok a imputé à des décennies de "négligence" et de "marginalisation" de l'Est la responsabilité de la dernière crise et a promis d'y remédier.

"Nous sommes sortis contre Bashir dans une "quête d'égalité", a déclaré Awhag Eissa de Port Soudan.Mais de nombreux membres des tribus Beja estiment que la transition n'a pas fait grand-chose pour répondre à leurs doléances.

Voir plus