Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Les hôpitaux tunisiens en manque de moyens face à la Covid-19

  -  
Copyright © africanews
FETHI BELAID/AFP or licensors

Tunisie

A Sousse, les médecins et infirmiers travaillent sans interruption depuis 14 mois. La fatigue et le nombre élevé de patients se fait sentir.

Des lits qui se remplissent, à un rythme effrayant en Tunisie. Dans cette hôpital de Sousse, à 150 kilomètres de la capitale Tunis, les médecins et infirmières du centre hospitalier universitaire Farhat Hached tentent tant bien que mal de s'occuper des patients atteint de la Covid-19. Mais si les équipes médicales ont pu s'adapter dans leurs soins et tirer les leçons de la première vague, les lits se font de plus en plus rares et les médecins sont débordés.

"Durant la deuxième vague de coronavirus, on a su mieux traiter les cas. On n'a plus cette peur que l'on avait pendant la première vague. Mais le travail a considérablement augmenté durant la seconde vague. Nous avons été chanceux de passer la première" explique Hanin Chamsi, chef des infirmiers du centre hospitalier universitaire Farhat Hached.

Depuis 14 mois, les médecins et infirmiers de cette hôpital travaillent sans interruption. Si le nombre de nouvelles contaminations semble ralentir depuis fin janvier, la Tunisie reste l'un des pays avec le plus haut taux de décès d'Afrique du Nord. Difficile de travailler dans ses conditions.

"C'est très difficile de passer six heures dans la même situation, à s'occuper de personnes malades qui sont plus déprimées que vous, et que vous devez encourager. Ça demande une énergie et un moral solide. Comment voulez vous que l'on demande aux infirmières de s'occuper de 17 ou 18 ,patients atteint de la Covid par jour, des patients qui parfois sont dans des conditions critiques, de les aider avec un sourire et des mots d'encouragement, pour qu'il s'en sorte, et derrière on demande à nos employés de sourire?" s'exclame Sadok Khdir, qui supervise les Urgences de l'hôpital.

Troisième pays le plus contaminé du continent, la Tunisie a autorisé en urgence l'utilisation du vaccin russe Sputnik V. Mais à ce jour, aucune dose n'est encore arrivée dans le pays. Les premiers vaccins devraient arriver en mi-février.

Voir plus