Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Vague d'arrestations de mineurs en Tunisie

Vague d'arrestations de mineurs en Tunisie
Meriem Ben Salem, mother of anarrsted teenager in Tunis, TUNISIA   -  
Copyright © africanews
cleared

Tunisie

Les mères tunisiennes accusent les autorités d'avoir arrêté leurs enfants arbitrairement, et ce, en réaction à plusieurs nuits de troubles urbains dans la capitale Tunis.

Meriem Ben Salem est la mère de Seiffedine 18 ans. Il s’est fait arrêter alors qu’il était dans sa cage d’escaliers. Elle affirme qu’il n’a pas pris part à la violence qui sévissait dans son quartier. La zone populaire de Kram-Ouest à Tunis.

Meriem a déclaré qu'elle n'avait été autorisée à voir son fils que trois jours après son arrestation

Mercredi, elle et d’autres mères se sont rassemblées devant un tribunal de Tunis pour dénoncer les arrestations.

Des membres de l'Organisation Non Gouvernementale, Avocats sans frontières, a déclaré que la plupart des affaires contre les personnes détenues contenaient "de graves vices de procédure" et que l**es mineurs sont détenus illégalement et doivent passer en jugement en l'absence de leurs parents ou de représentants des services de protection de l'enfance.**

"Il existe une stratégie qui vise à dissuader les manifestants et les jeunes de sortir à nouveau dans la rue. Ces peines très lourdes qui semblent avoir été prononcées de 2 ans etc. Mais évidemment, on ne peut pas décider sans avoir le dossier, mais ce que je peux vous dire, c'est que fixer une peine générale pour un groupe n'a aucun sens en droit" déclare Antonio Manganella, directeur méditerranéen d'Avocats sans frontières.

Certaines mères ont déclaré que leurs enfants avaient été placés en détention pour avoir violé un couvre-feu de nuit imposé pour enrayer la propagation du coronavirus.

Les protestations ont éclaté le 14 janvier, avant de s'apaiser mercredi soir, alors que la pandémie de Covid-19 secoue une économie déjà en difficulté, dix ans après le soulèvement qui a renversé le dictateur Zine El Abidine Ben Ali.

Certains avocats ont déclaré que plus de 100 personnes ont déjà été condamnées lors d'une audience qui n'a duré que quatre heures.

Voir plus