Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Ouganda : Museveni en tête des résultats partiels, Bobi Wine conteste

Le président ougandais Yoweri Museveni après avoir voté le 14 janvier.   -  
Copyright © africanews
BADRU KATUMBA/AFP or licensors

Ouganda

Le président sortant Yoweri Museveni, qui brigue un sixième mandat à la tête du pays, serait largement en tête des résultats partiels.

C'est un lendemain de scrutin présidentiel qui ne surprend personne en Ouganda. Alors que les résultats d'un tiers des bureaux de vote ont été publiés par la commission électorale , Le président Yoweri Museveni se trouve largement en tête avec 63% des voix, contre 28% pour Bobi Wine.

La commission électorale affirme que le candidat du parti au pouvoir, le Mouvement National de Résistance, aurait obtenu plus de 50 000 voix. Le double de la Plateforme d'Union Nationale de Bobi Wine. Parmi les neufs autres candidats à la présidence, aucun n'aurait pour l'instant dépassé la barre des 5%.

"Fraudes"

Mais le résultat serait tout autre pour le principal challenger du président sortant. Selon Bobi Wine, si le scrutin a été entachée par "des illégalités venues d'en haut", son parti serait en avance dans les résultats partiels.

"Je suis très certain que nous avons vaincu le dictateur, et de loin. J'appelle tous les Ougandais à rejeter le chantage. Nous avons certainement gagné cette élection et nous l'avons gagnée de loin. Le général Museveni et sa petite clique d'oppresseurs essaient une fois de plus de s'imposer au peuple ougandais", a t-il déclaré dans une conférence de presse au lendemain du vote.

Wine a "rejeté" ces premiers résultats, dénonçant "une véritable mascarade", conduites par les partisan du président Museveni pour "préparer le pire trucage jamais connu par le pays". La commission électorale a répondu dans la matinée aux affirmations de "fraudes" dénoncées par le leader de la Plateforme d'Union Nationale, lui demandant de "démontrer au pays de quelle manière, de quelle façon les résultats sont truqués".

Un scrutin sous tension très attendu

A l'approche des élections, les forces de sécurité ont déployé un important dispositif policier dans la capitale Kampala. Beaucoup craignent en cas de dispute sur le résultat de l'élection, un renouveau des violences de novembre qui avait fait une cinquantaine de morts.

Ce scrutin présidentiel et législatif, placé sous haute surveillance, s'est déroulé sans accès ou presque à internet, largement perturbé, pas plus qu'aux réseaux sociaux et services de messagerie, suspendus depuis mardi.

Si la commission électorale s'est félicitée d'une élection calme, la situation reste très tendue dans la capitale Kampala.

Voir plus