Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Égypte : À Siwa, une association se bat contre la disparition de la langue berbère

  -  
Copyright © africanews
KHALED DESOUKI/AFP or licensors

Egypte

Dans l’oasis de Siwa en Egypte, les berbères oeuvrent quotidiennement contre la disparition de leur langue.

D’années en années, l’arabe est devenu la langue dominante car même si les deux tiers des quelque 31.000 habitants de l'oasis sont berbérophones, le berbère reste une langue minoritaire qui n’est pas enseignée dans les écoles du pays.

Fondée en 2008, l'association des "Enfants de Siwa" a été à l'origine d'une des rares initiatives pour préserver ce patrimoine immatériel.

Yahya Ibrahim, responsable adjoint de l'association des fils de Siwa pour la sauvegarde du patrimoine décrit les motivations de l'organisation :

"L'association travaille à la sauvegarde du patrimoine de Siwa, qu'il s'agisse de son agriculture, de son architecture ou de ses uniformes traditionnels. Nous formons également les personnes qui travaillent dans le domaine du tourisme".

Branche orientale du "tamazight" parlé par les populations berbères d'Afrique du Nord, le siwi est ne se transmet plus que dans le cadre familial

Depuis les années 1980, "le bilinguisme arabe s'est presque généralisé" avec l'éducation, les médias et le développement du tourisme.

"Le dialecte berbère s'écrivait autrefois, il y avait des lettres et un accent, mais comme aucune école ne l'enseigne, les lettres ont disparu. Nous les utilisons toujours comme motifs cousus sur des robes traditionnelles faites à la main. Ces motifs sont des symboles qui représentent les lettres berbères" révèle Musa Soleiman, restaurateur.

Le siwi est confronté à plusieurs défis, sa cohabitation avec l'arabe et sa transformation à son contact font craindre un appauvrissement du dialecte.

Accessible par une seule route depuis la côte méditerranéenne, la ville de Siwa reçoit quelques milliers de touristes par an et n'a pas connu d'exode.

Cet isolement aurait permis à ses habitants de garder leurs propres traditions et une langue qui les distinguent de la culture majoritaire.

Voir plus