Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Sahara occidental : des volontaires rejoignent le Front Polisario

A soldier holds the Polisario Front flag as a United Nations helicopter files over the Smara refugees camp near Tindouf   -  
Copyright © africanews
Toufik Doudou/AP

Sahara occidental

Les tensions liées au territoire du Sahara occidental, s’intensifient entre le Maroc et le Front Polisario.

Mohamed Salem Ould Salek, le chef de la diplomatie de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) a déclaré dimanche que des "milliers de volontaires" s’apprêtaient à rejoindre les forces armées sahraouies.

Il s’agit là d’une réaction à l’opération militaire marocaine lancée vendredi dans la zone tampon de Guerguerat menée pour rouvrir la route qui conduit vers la Mauritanie voisine, après trois semaines de blocage routier La route a été débloquée samedi.

En réponse, le Front Polisario a décrété "l'état de guerre" et la fin du cessez-le-feu signé en 1991 sous l'égide de l'ONU.

Le porte-parole du Secrétaire général des Nations Unies, Stéphane Dujarric a tenu à rappeler l'importance de la tenue de cet accord :

"Le Secrétaire général reste déterminé à faire tout son possible pour éviter l'effondrement du cessez-le-feu en vigueur depuis le 6 septembre 1991 et il est déterminé à faire tout son possible pour lever tous les obstacles à la reprise du processus politique. "

Vaste étendue désertique de 266.000 km2 bordant la côte Atlantique au nord de la Mauritanie, le Sahara occidental est le seul territoire du continent africain dont le statut post-colonial n'a pas été réglé.

La République arabe sahraouie démocratique (RASD) a été proclamée en 1976 par les indépendantistes du Polisario.

Après le départ de la puissance coloniale espagnole en 1975, le Maroc a pris le contrôle des deux tiers de ce territoire qu'il considère comme partie intégrante du royaume. Soutenu par l'Algérie, le Polisario en contrôle l'autre tiers.

Rabat propose une autonomie sous sa souveraineté tandis que le Polisario exige un référendum d'autodétermination prévu par l'accord de 1991 mais qui n'a jamais été mis en œuvre.