Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Rupture du cessez le feu entre le Maroc et le Front Polisario

Ce vendredi le Maroc a annoncé le lancement d’une opération militaire en réponse aux "provocations" du Front Polisario dans la zone tampon de Guerguerat   -  
Copyright © africanews
AFP

Sahara occidental

La situation s’envenime dans le Sahara Occidental.

Ce vendredi le Maroc a annoncé le lancement d’une opération militaire en réponse aux "provocations" du Front Polisario dans la zone tampon de Guerguerat.

Cette intervention marocaine est une "déclaration de guerre" pour le chef de la diplomatie sahraouie, Mohamed Salek Ould Salek, rendant caduque l'accord de cessez le feu de 199**1**.

Les tensions sont croissantes autour de cette ancienne colonie espagnole depuis que 200 routiers sont bloqués à un poste frontière à l’extrême sud de ce territoire désertique que se disputent le Maroc et le Front Polisario.

Cette opération militaire a pour but de "restaurer la libre circulation civile et commerciale" dans cette région, selon les autorités marocaines.

La Mauritanie voisine a pour sa part renforcé ses positions à la frontière pour parer à toute éventualité.

Le Guerguerat est au centre de vives tensions depuis 2017, les indépendantistes sahraouis dénonçant l’existence d'une route que le Maroc considère comme essentielle pour ses échanges avec l’Afrique subsaharienne.

Cessez-le-feu

Rabat, qui contrôle 80% de l'ancienne colonie, ses gisements de phosphate et ses eaux poissonneuses dans sa partie ouest, le long de l'océan atlantique, veut une "autonomie sous contrôle" du territoire, où de grands chantiers de développement marocains ont été lancé ces dernières années.

Un cessez-le-feu a été signé en septembre 1991 sous l'égide de l'ONU, après 16 ans de guerre. Les négociations menées par l'ONU et impliquant le Maroc, le Polisario, l'Algérie et la Mauritanie sont suspendues depuis plusieurs mois.

Le Polisario, qui a proclamé une République sahraouie (RASD) au début des années 1980, milite pour l'indépendance et réclame un référendum d'autodétermination.

Plus au nord, en territoire algérien, se trouvent des camps où vivent des réfugiés entièrement dépendants d'une aide humanitaire en diminution, selon l'ONU qui s'inquiète dans sa dernière résolution de leurs "souffrances persistantes".