Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

This is Culture

this-is-culture

Nigeria : des graffitis pour inspirer les jeunes

Nigéria

L’artiste nigérian Fawas Adeoye, 28 ans, peint depuis plus de 12 ans.

Il crée des décors pour des clips vidéo ou des peintures sur toile. Son objectif, inspirer la population à travers ses graffitis dans la banlieue de Lagos, au Nigeria.

“Mon art du graffiti consiste strictement à éduquer les gens et à les éclairer. Je vois beaucoup de choses qui se passent dans l’environnement, je me sens bien placé pour éduquer les gens à travers mon art et mon métier. C’est Mushin, c’est ici que je reste et je sens qu’il s’y passe beaucoup de choses, j’ai besoin d’aimer inspirer les gens avec mon art et c’est exactement ce que je fais ici”, indique Fawas Adeoye.

Mon art du graffiti consiste strictement à éduquer les gens et à les éclairer.

Le regard porté par la société sur ces artistes, est souvent contraire au sens même de leur engagement. Inadmissible pour Fawas Adeoye.

“La plupart des gens pensent que nous sommes des psychopathes comme des chiens de guerre, vous savez ; ils pensent que nous ne savons pas ce que nous faisons, et nous ne sommes pas comme ça. L’art consiste à inspirer les gens et à les éduquer à ce sujet, et c’est fondamentalement ce qu’il est ; il n’y a rien de tel que d‘être violent ou d‘être un vandale ou autre chose, vous savez. C’est de l’art, c’est comme une arme pour moi, vous pouvez changer la vie des gens grâce à l’art, et cela a en fait changé ma propre vie, je suis comme un modèle pour beaucoup de gens ici”.

En cette période de lutte contre la pandémie du coronavirus, l’artiste, joue aussi sa partition.

“La peinture avec la dame au masque facial porte en fait sur la pandémie actuelle de coronavirus. J’ai l’impression que ma voix a besoin d‘être entendue parce que je suis comme une voix et je n’ai pas besoin d‘être comme apprivoisée et comme j’ai besoin d‘être là, j’ai besoin d‘être libérée”.

Figure de la nouvelle génération de graffeurs nigérians à Lagos, Fawas semble n’avoir pas encore dit son dernier mot.

Voir plus