Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Business Africa

business-africa

Angola : privatisation des entreprises d'état [Business Africa]

Business africa

L’ Angola veut relancer son économie en se délestant des goulots d‘étranglement.

Les autorités ont décidé de lancer une vaste opération de privatisation des entreprises publiques qui a d’ailleurs débuté avec la Sonangol. La société pétrolière a décidé de vendre une partie de ses actifs dès avril.

La mesure concerne au total 195 sociétés operant dans les secteurs du pétrole, des mines, de la finance, des TIC et des télécommunications. De grosses entreprises de l’économie nationale telle que, le diamantaire Endiama ou le transporteur aérien Tag, ne sont pas en marge de ce programme de privatisations qui s’appliquera en quatre ans.

Ce plan exposé en août dernier, a pour objectif d’assainir la productivité de ces entreprises concernées, en vue d’améliorer la balance commerciale de ce pays très endetté. La privatisation se déroulera en trois phases. La première a débuté fin 2019 et concernait 80 entreprises et actifs.

Cette année, 91 entreprises et actifs devraient suivre. Puis, de 2021 à 2022, 4 entreprises et actifs concluront la campagne de privatisation.

Selon les autorités, ce plan s’inscrit dans le cadre du plan national de développement et de diversification de l’économie.

La chute brutale des marchés mondiaux observée ces derniers jours, a incité les autorités Égyptiennes à mettre en place des mesures exceptionnelles pour faciliter l’achat des actions par les sociétés côtées en bourse.

En vertu des nouvelles règles annoncées par l’autorité de régulation financière, les sociétés seront temporairement autorisées à notifier à la bourse le jour où elles prévoient d’acheter des actions du Trésor, au lieu de devoir donner un préavis de trois jours.

La démarche vise à encourager les entreprises à acheter des actions sur le marché boursier, en vue d’ être revendu par la suite pour soutenir les cours de bourse .

“Le changement intervient à la lumière des derniers événements et développements auxquels les marchés financiers mondiaux ont été confrontés et de la vague de fortes baisses que les bourses arabes et étrangères ont connues”, a déclaré le régulateur dans un communiqué.

Les marchés boursiers mondiaux ont rapidement dégringolé vendredi,
portant les pertes totales de la semaine à 5 000 milliards de dollars en raison des craintes liées à l‘épidémie de coronasvirus.