Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

"Intégrez l'Afrique au Conseil de sécurité maintenant" – président sierra-leonais à l'ONU

"Intégrez l'Afrique au Conseil de sécurité maintenant" – président sierra-leonais à l'ONU

Sierra Leone

Des mots crus, une adresse sans fards pour relever une question de longue date : l’entrée de l’Afrique au Conseil de sécurité, l’organe politique le plus puissant de l’ONU. Ce jeudi, à l’occasion de son discours à l’Assemblée générale annuelle des Nations unies, le président sierra-leonais Julius Maada Bio a demandé une reconfiguration du Conseil de sécurité de l’ONU, affirmant que « la patience du continent est mise à l‘épreuve ».

Pour le dirigeant de la nation ouest-africaine, l’Afrique mérite deux sièges de membres permanents au Conseil de sécurité, et deux sièges de membres non-permanents supplémentaires, alors que jusqu’ici, seuls trois sièges non permanents sont attribués au continent de plus de 1,2 milliard de personnes.

« La légitimité et l’efficacité des décisions du Conseil de sécurité, ainsi que la pertinence des Nations Unies, continueront à être mises en doute si des mesures urgentes ne sont pas prises pour rendre le conseil plus représentatif », a amorcé M. Bio.

Les Africains doivent pouvoir avoir leur mot à dire dans les décisions du conseil qui affectent leur propre continent

« La demande de l’Afrique pour deux sièges permanents avec tous les droits et prérogatives des membres actuels, y compris le droit de veto, et deux sièges supplémentaires non-permanents est une affaire de justice commune et le droit d’avoir une voix égale dans la prise de décision sur les questions relatives à la paix et la sécurité internationales », a-t-il martelé. « Cette injustice de longue date … devrait être traitée. »

Appels incessants

Aux Nations unies le président sierra-leonais n‘était pas le seul à réclamer la représentativité de l’Afrique. Des voix se sont également élevées, et elles n‘étaient pas toutes africaines. « Nous continuons à assister à une sous-représentation historique et injuste de l’Afrique, qui était toujours dirigée par les puissances coloniales lorsque les Nations unies ont été créées et que le Conseil de sécurité a été créé », a déclaré le président irlandais, Michael D. Higgins.

« Les Africains doivent pouvoir avoir leur mot à dire dans les décisions du conseil qui affectent leur propre continent », a ajouté le président Higgins mercredi.

Une analyse à laquelle a fait écho ses homologues angolais et zambien. “Le temps est venu pour le Conseil de sécurité d‘être représentatif, démocratique et responsable devant tous les États membres, quel que soit leur statut”, a déclaré Edgar Lungu de la Zambie. Outre l’Afrique, Joao Lourenço de l’Angola a également plaidé pour l’attribution d’un siège à l’Amérique du Sud.

Pendant des décennies, en effet, des appels ont été lancés pour élargir l’organe le plus puissant des Nations unies. Il compte actuellement 10 membres élus pour un mandat de deux ans et cinq membres permanents – les États-Unis, la Russie, la Chine, la Grande-Bretagne et la France.

Voir plus