Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC : Tshisekedi souhaite la levée des sanctions de l'UE visant des pro-Kabila

RDC : Tshisekedi souhaite la levée des sanctions de l'UE visant des pro-Kabila

République démocratique du Congo

Le nouveau président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, souhaite la levée des sanctions de l’Union européenne qui visent depuis 2017 une quinzaine de proches de l’ex-président Joseph Kabila, selon un document distribué vendredi par la présidence à la presse.

“Je voudrais finalement lancer un appel pressant pour la levée des sanctions ayant concerné l’un ou l’autre responsable congolais”, lit-on dans la version écrite du discours du chef de l’Etat à l’occasion d’une cérémonie de voeux devant le corps diplomatique à Kinshasa.

Le nouveau président congolais n’a cependant pas prononcé cette phrase devant les ambassadeurs.

Mon pays tient à sauvegarder son indépendance politique, acquise aux prix de multiples sacrifices, ainsi que son corollaire, la souveraineté du peuple congolais sur les richesses naturelles nationales

Interrogée par l’AFP, la présidence n’a pas expliqué cette omission, mais n’a pas nié que le président congolais envisageait de demander cette levée des sanctions à Bruxelles.

Ces sanctions renouvelées en décembre visent 14 responsables de l’appareil sécuritaire. Elles ont été prises par Bruxelles pour “atteintes aux droits de l’homme” à l‘époque où le régime Kabila réprimait des manifestations de l’opposition dont est issu M. Tshisekedi.

Dans son discours, M. Tshisekedi a en revanche bien confirmé sa volonté de voir revenir à Kinshasa l’ambassadeur de l’UE, invité à quitter la RDC en décembre par le précédent régime du président Joseph Kabila : “Je souhaite que la RDC et l’UE procèdent à l‘échange de leurs ambassadeurs respectifs dans les plus brefs délais afin d’avoir le même niveau de représentation”.

Engagé contre le réchauffement climatique

Il est revenu sur la Maison Schengen, sorte de consulat européen fermé par le régime Kabila en janvier 2018 : “J’ai demandé à la partie congolaise de finaliser rapidement les discussions entamées avec la partie européenne pour la restructuration et la réactivation de ce dispositif consulaire”, a-t-il ajouté.

Le nouveau chef de l’Etat a par ailleurs déclaré qu’il voulait “accompagner” le “retrait progressif” de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco).

Les troupes de la Monusco “devront être moins nombreuses et mieux équipées et aguerries” pour lutter contre les milices avec l’armée nationale, selon lui.

C’est ce que Kinshasa plaidera avant le renouvellement du mandat de la force onusienne en mars prochain, a-t-il ajouté au cours de ses premiers voeux aux ambassadeurs en poste en RDC.

“La République démocratique du Congo, située au coeur du continent africain, avec neuf pays voisins, accordera priorité à la consolidation de la paix régionale”, a promis M. Tshisekedi.

M. Tshisekedi a repris les accents souverainistes de son prédécesseur Joseph Kabila : “Mon pays tient à sauvegarder son indépendance politique, acquise aux prix de multiples sacrifices, ainsi que son corollaire, la souveraineté du peuple congolais sur les richesses naturelles nationales”.

Il a enfin promis de lutter contre le réchauffement climatique, rapppelant que son pays, “détient 150 millions d’hectares de forêt, représentant 50 % des forêts de l’Afrique et 69 % du massif forestier du bassin du Congo, considéré comme le deuxième poumon de la planète après l’Amazonie”.

AFP

Voir plus