Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Italie : un homme arrêté après le meurtre en pleine rue d'un Nigérian

Un homme montre une photo du vendeur ambulant nigérian Alika Ogorchukwu, à Civitanova Marche, en Italie, le 30 juillet 2022   -  
Copyright © africanews
Chiara Gabrielli/Copyright 2022The Associated Press -

Italie

L'italien suspecté du meurtre d'un vendeur nigérian dont la mort brutale par passage à tabac sur une artère très fréquentée a été arrêté par la police.

Les badauds qui ont filmé la scène n'ont à aucun moment tenté de maîtriser l'agresseur. 

La vidéo de l'attaque a largement circulé sur les sites d'information et les médias sociaux italiens, suscitant l'indignation alors que l'Italie entre dans une campagne d'élections législatives dans laquelle la coalition de droite a déjà fait de l'immigration un enjeu.

"Le meurtre d'Alika Ogorchukwu est consternant", a écrit samedi sur Twitter Enrico Letta, ancien premier ministre et chef du Parti démocrate de gauche, en nommant le vendeur décédé vendredi. "Une férocité inouïe. Une indifférence généralisée. Il ne peut y avoir aucune justification."

Le leader de la droite Matteo Salvini, qui fait de la sécurité un axe de sa campagne, s'est également indigné de ce décès, affirmant que "la sécurité n'a pas de couleur et (...) doit redevenir un droit."

Ogorchukwu, 39 ans, vendait des marchandises vendredi dans la rue principale de Civitanova Marche, une ville balnéaire de la mer Adriatique, lorsque son agresseur a saisi la béquille du vendeur et l'a frappé, selon la police. Une vidéo montre l'agresseur en train de lutter contre la victime , la plaquant sur le trottoir, alors qu'elle se défendait.

"L'agresseur s'en est pris à la victime, le frappant d'abord avec une béquille. Il l'a fait tomber au sol, puis il a terminé, causant la mort, en frappant à plusieurs reprises à mains nues", a déclaré l'enquêteur de la police Matteo Luconi lors d'une conférence de presse.

Il a ensuite dit à la chaîne d'information italienne Sky TG24 que des badauds avaient appelé la police, qui est intervenue après la fuite du suspect pour porter secours à la victime. Une autopsie déterminera si la mort a été provoquée par des coups, une suffocation ou une autre cause.

La police a utilisé des caméras de rue pour suivre les mouvements de l'agresseur et a arrêté un homme identifié comme étant Filippo Claudio Giuseppe Ferlazzo, 32 ans. Il est soupçonné de meurtre et de vol du  téléphone de la victime.

Selon M. Luconi, l'agresseur s'est emporté après que le vendeur a demandé de la monnaie de façon "insistante". La police a interrogé des témoins et visionné des vidéos de l'attaque. Ils ont déclaré que le suspect n'a fait aucune déclaration

.

"Ce compliment l'a tué"

Ogorchukwu, qui était marié et père de deux enfants, s'est rabattu sur la vente de marchandises dans la rue après avoir été renversé par une voiture et avoir perdu son emploi d'ouvrier en raison de ses blessures, a déclaré Daniel Amanza, qui dirige l'association ACSIM pour les immigrés dans la province de Macerata, dans la région des Marches.

Amanza a donné une version différente de ce qui s'est passé, disant que l'agresseur est devenu furieux quand Ogorchukwu a dit à la compagne de l'homme qu'elle était belle.

"Ce compliment l'a tué", a déclaré Amanza à l'Associated Press.

"Ce qui est tragique c'est qu'il y avait de nombreuses personnes à proximité. Elles ont filmé, en disant 'Stop', mais personne n'a bougé pour les séparer ", a déclaré Amanza.

Le maire de Civitanova Marche, Fabrizio Ciarapica, a rencontré des membres de la communauté nigériane après la manifestation de centaines de personnes samedi.

"Ma condamnation ne concerne pas seulement le (crime) mais aussi l'indifférence," a déclaré Ciarapica à Sky. "C'est quelque chose qui a choqué les citoyens".

L'ancien Premier ministre Matteo Renzi, qui dirige son propre petit parti, a déploré que les dirigeants politiques  "instrumentalisent" l'attaque.

"Je suis horrifié par ce climat électoral,″ a-t-il déclaré sur les médias sociaux. "Un frère a été tué d'une manière atroce et raciste pendant que des passants prenaient des vidéos sans arrêter l'agresseur. Et au lieu de réfléchir à ce que nous sommes en train de devenir, les politiciens argumentent et instrumentalisent."

Voir plus