Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Ouganda : l'oléoduc vers la Tanzanie "viole les principes bancaires"

Ouganda : l'oléoduc vers la Tanzanie "viole les principes bancaires"
Yoweri Museveni avec le roi de Bunyoro, Solomon Iguru 1er et le ministre des Affaires étrangères de Tanzanie, le Dr. Augustine Mahiga   -  
Copyright © africanews
GAEL GRILHOT/AFP or licensors -

Ouganda

Un projet pétrolier controversé qui relierait des champs pétrolifères situés dans un parc national ougandais à un port en Tanzanie enfreint les directives environnementales mondiales applicables aux banques, selon un nouveau rapport publié mardi par une organisation à but non lucratif.

L'oléoduc East Africa Crude Oil Pipeline (EACOP), d'une longueur de 1 443 km, prévu par le géant pétrolier français TotalEnergies et la China National Offshore Oil Corporation, a fait l'objet d'allégations de violations des Droits de l'homme et de risques environnementaux. Les 230 000 barils de pétrole produits quotidiennement émettront 34 millions de tonnes de dioxyde de carbone par an, selon l'institut ougandais à but non lucratif Africa Institute for Energy Governance. La construction prendra trois ans une fois la décision finale prise.

Au moins 20 banques et huit assureurs ont refusé le projet, la plupart sous la pression des groupes environnementaux. La Standard Bank d'Afrique du Sud et la Sumitomo Mitsui Banking Corporation (SMBC) du Japon sont les conseillers financiers et les principaux arrangeurs de la dette. La banque britannique Standard Chartered envisage également de le financer.

Toutes trois ont souscrit aux principes de référence de l'Équateur, des lignes directrices volontaires en matière d'environnement et de Droits de l'homme pour le financement de projets d'infrastructure. Un rapport de l'organisation non gouvernementale Inclusive Development International, partagé en exclusivité avec l'Associated Press, indique que le projet enfreint ces principes à plusieurs reprises et que les banques les violeraient également s'il était mis en œuvre. Il est interdit aux banques de financer des projets non conformes. Mais le régime est impuissant à éjecter celles qui le font.

Puits de pétrole

Des puits de pétrole seront forés dans le parc national de Murchison Falls, dans l'ouest de l'Ouganda. À cet endroit, le Nil plonge de 40 m dans une brèche de 6 m de large, et la nature sauvage environnante abrite des hippopotames, des aigrettes, des girafes et des antilopes. L'oléoduc traverserait ensuite sept réserves forestières et deux parcs animaliers, pour longer le lac Victoria, source d'eau douce pour 40 millions de personnes.

"Une marée noire pourrait s'avérer désastreuse pour les millions de personnes qui dépendent du bassin versant du lac pour leur eau potable et leur production alimentaire", a averti le groupe de campagne environnementale 350.org.

Le rapport indique que le risque de marée noire enfreint un principe de l'Équateur qui exige un impact environnemental minimal. Un examen des plans par l'organisation à but non lucratif **E-Tech International**a révélé que les bonnes pratiques n'ont pas été suivies. "Les déversements de pétrole de l'EACOP se produiront pendant toute la durée de vie du projet", conclut l'étude.

L'évaluation environnementale de l'oléoduc ne comporte pas de plan solide de lutte contre les déversements d'hydrocarbures, affirment les auteurs du rapport, ce qui constitue une autre violation des principes. L'oléoduc traversera également une zone sismique - la vallée du Grand Rift - prévient le rapport d'Inclusive Development International.

TotalEnergies a déclaré que la conception ultramoderne de l'oléoduc garantira la sécurité pendant des décennies. Le pétrole a une forte teneur en cire, qui se solidifie à des températures inférieures à 33 degrés Celsius, ce qui empêcherait le pétrole de se répandre sous forme liquide, a indiqué la société. Des plans d'urgence sont en cours de préparation, a insisté la société. En Ouganda, les températures estivales peuvent atteindre 40 degrés Celsius.

Selon le rapport, les normes relatives aux Droits de l'homme n'auraient pas non plus été respectées. Au moins quatre lettres des rapporteurs spéciaux des Nations unies sur les droits de l'homme, envoyées au président ougandais et au PDG de TotalEnergies, Patrick Pouyanné, sur une période de deux ans, détaillent "divers actes de harcèlement et d'intimidation" à l'encontre de manifestants ougandais. De nombreux militants et un journaliste auraient été intimidés, contraints de se cacher, arrêtés et interrogés.

Les Principes de l'Équateur ne sont "pas respectés en ce qui concerne les risques encourus par les membres de la communauté qui expriment des critiques", selon le rapport.

TotalEnergies a déclaré ne pas avoir connaissance de menaces émanant de son propre personnel. L'entreprise a déclaré qu'elle "insiste sur la nécessité" pour les forces de sécurité ougandaises de respecter les Droits de l'homme et qu'elle a écrit au président ougandais pour lui faire part de ses préoccupations. "TotalEnergies ne tolère aucune menace ou attaque contre ceux qui défendent et promeuvent pacifiquement les droits de l'homme", peut-on lire dans la déclaration.

Les principes ont également été violés par un manque d'engagement communautaire "exempt de manipulation, d'interférence ou de coercition, ou d'intimidation", selon l'analyse.

Plus de 120 000 personnes perdront des terres pour faire place au projet, selon une évaluation du groupe de campagne environnementale Friends of the Earth. Selon les principes, il doit y avoir une consultation "libre, préalable et informée" des personnes dont la vie pourrait être modifiée. Or, le rapport indique que ces exigences n'ont pas été "suffisamment respectées".

Le projet a "systématiquement échoué" à consulter et à montrer des informations accessibles, selon le rapport. TotalEnergies a déclaré que seules 13 300 personnes seraient économiquement affectées à travers l'Ouganda et la Tanzanie. Depuis 2017, des réunions ont permis de toucher plus de 200 000 personnes affectées le long du tracé, a indiqué la multinationale pétrolière.

Enfin, le projet viole les normes en matière d'acquisition de terres et de réinstallation, constate le rapport. Les processus de compensation ont "exacerbé, plutôt qu'atténué" les impacts négatifs, appauvrissant les villageois qui ont perdu l'accès aux terres agricoles et ont dû faire face à de longs délais d'attente de compensation.

TotalEnergies a déclaré avoir déjà commencé à verser des indemnités. Le processus est conforme aux lois locales et aux Principes, a insisté l'entreprise. Le président des Principes de l'Équateur, Amit Puri, a déclaré que chaque membre était "individuellement responsable de ses propres procédures internes" pour se conformer. Il a ajouté que les Principes de l'Équateur n'ont pas le pouvoir de répondre aux préoccupations concernant leur violation.

Amit Puri est responsable mondial du risque environnemental chez Standard Chartered, l'une des banques qui, selon le rapport, enfreindrait les principes directeurs en finançant le gazoduc. Standard Chartered elle-même et SMBC ont refusé de commenter. La China National Offshore Oil Corporation n'a pas répondu aux nombreuses demandes d'AP.

La Standard Bank a déclaré que sa diligence raisonnable concernant le financement du projet était en cours d'évaluation, mais qu'aucune décision finale n'avait été prise. La décision est soumise à une évaluation complète des stratégies de lutte contre le changement climatique, a déclaré la banque, tandis que la "conformité totale" avec les principes de l'Équateur était nécessaire pour financer le projet.

Malgré les préoccupations liées à l'environnement et aux droits de l'homme, la campagne visant à arrêter le gazoduc est "irréaliste", a déclaré Angelo Izama, du groupe de réflexion ougandais Fanaka Kwa Wote"L'Ouganda est poussé dans ce rôle d'enfant-vedette pour les dommages causés au climat, et c'est vraiment injuste", a-t-il avancé.

Il s'agissait d'un "rejet des intérêts nationaux de l'Ouganda". Les responsables pétroliers ougandais n'ont pas souhaité faire de commentaires. Mais le président Yoweri Museveni a déclaré que la richesse pétrolière pouvait sortir des millions de personnes de la pauvreté, tandis que d'autres responsables gouvernementaux espèrent que l'Ouganda pourra devenir un pays à revenu moyen.

Les efforts déployés pour arrêter le pipeline ont laissé certains consternés par ce qu'ils considèrent comme des efforts concertés pour saboter le projet."TotalEnergies et CNOOC ont la puissance financière et le savoir-faire technique pour réaliser un projet de classe mondiale", soutient Elison Karuhanga, un éminent avocat spécialisé dans le pétrole, dans le journal ougandais Daily Monitor.

Voir plus