Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Afrique du Sud : Johannesburg enquête sur la qualité de son air

Un homme devant l'usine de raffinage de carburant Sasol près de Johannesburg, en Afrique du Sud, le 1er septembre 2002.   -  
Copyright © africanews
DENIS FARRELL/AP2002 -

Afrique du Sud

En Afrique du Sud, la ville de Johannesburg a demandé une enquête sur la qualité de l'air, en particulier à cause d'une forte odeur de soufre. L'année dernière, l'odeur avait été attribuée à une grande présence de dioxyde de soufre et de sulfure d'hydrogène provenant d'une usine.

"Nous recevons de nombreuses plaintes, même de la part de nos résidents, concernant des mauvaises odeurs, qui ressemble à une odeur de soufre, ou d'œuf pourri", raconte Raeesa Moolla, maîtresse de conférences en météorologie, qualité de l'air et risques pour la santé environnementale à l'Université de Witwatersrand.

"Et cela montre que la pollution est assez élevée dans la région. Même s'ils disent que ce n'est pas dangereux, et que ce n'est pas toxique, les produits chimiques généralement présents dans la pollution de l'air, la plupart de ces polluants auront des effets sur la santé."

De récentes études montrent que la pollution atmosphérique a réduit l'espérance de vie dans la capitale de 3,2 ans, et touche particulièrement les enfants.

"La pollution irrite la réponse inflammatoire de vos tissus. Elle contribue à beaucoup de maladies, les maladies cardio-pulmonaires et les accidents vasculaires cérébraux, par exemple, les maladies pulmonaires obstructives chroniques, l'asthme et le cancer du poumon", énumère Dafni Zisis, médecin généraliste au EXP Medical Center. "Nous constatons actuellement une augmentation de l'asthme chez les enfants, et à une recrudescence chez les adolescents et les adultes et une aggravation des symptômes dans cette population."

L'Afrique du Sud possède un taux de particules fines 1,4 fois supérieur aux recommandations de l'OMS.

"Une grande partie des études que nous examinons tiennent compte de la charge de morbidité locale et de l'impact économique et social de la maladie", continue Raeesa Moolla. "Non seulement elle a un impact sur la santé, mais elle exerce une pression sur les systèmes de santé, qui sont déjà très sollicités dans notre pays. Nous avons définitivement besoin d'une réponse plus vigoureuse".

Selon certaines études, des pays occidentaux ont atteint un plafond en terme de pollution, tandis que l'Afrique du Sud continue de voir son taux de pollution de l'air augmenter.

Voir plus