Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Gabon : des médicaments ARV périmés distribués par les autorités

Mariam Fatou Moussounda Nzamba, présidente du réseau gabonais des ONG des malades du Sida, Libreville, Gabon   -  
Copyright © africanews
cleared

Gabon

A Melen-Rails, une banlieue de Libreville, Mme Moussounda Nzamba sort d’une réunion au ministère de la santé liée à son coup de gueule sur les réseaux sociaux. La présidente du réseau des ONG des malades du Sida accuse les autorités gabonaises de distribuer des antirétroviraux périmés aux personnes atteintes du Sida.

« Quand j’ai constaté cela, j’ai dit à mon médecin sur place que c’est déjà en date de péremption. Elle me dit que c’est encore valable pour 6 mois. Tu peux les consommer pendant 6 mois tu n’auras pas de problème. Comme c’est mon médecin, je ne pouvais pas le contredire. C’est comme ça que je suis allé avec les boîtes à la maison et j’ai commencé à boire. C’est de là où j’ai commencé à avoir des troubles du sommeil. J’ai fais pratiquement trois à quatre jours je ne dormais pas assez. C’est ainsi que j’ai laissé les boites en question » a déclaréMariam Fatou Moussounda Nzamba, présidente du réseau gabonais des ONG des malades du Sida.

Alors que le Gabon est toujours dans un plan d’urgence sanitaire pour cause de Covid-19, l’utilisation d’ARV périmés inquiète davantage les personnes porteuses du VIH qui craignent pour leur vie déjà suffisamment exposée.

Le gouvernement annonce que les coupables de tels agissements seront sévèrement punis conformément à la réglementation en vigueur. Une enquête a été ouverte.

«Je vous invite à regarder le communiqué de presse du ministère de la santé qui a directement diligenté une enquête. Cette enquête maintenant va permettre de savoir s’il y a eu un abus, s’il y a eu des comportements indélicats, si la situation est avérée comme il a été dit dans le communiqué de presse, s’il y a eu ces comportements déviants, il y aura des sanctions.» a indiquéJessye Ella Ekogha, porte-parole de la présidence du Gabon.

Sur 51 000 personnes vivant avec les VIH/sida au Gabon, 51% soit 26 000 personnes auraient pris des traitements antirétroviraux périmés. La situation inquiète le réseau gabonais des associations des personnes vivant avec le VIH/Sida. Ce réseau entend porter plainte contre l’Etat gabonais si les solutions idoines ne sont pas prises dans les meilleurs délais.

Un reportage de Géraud Wilfried OBANGOME correspondant au Gabon pour Africanews.

Voir plus