Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

A Djibouti, le poisson Yéménite s'est imposé comme plat incontournable

Omar Hamdani est le troisième de sa génération a tenir le restaurant emblématique de la ville, "Chez Hamdani". Djibouti, le 11 avril 2021.   -  
Copyright © africanews
TONY KARUMBA/AFP or licensors

Djibouti

Couper le poisson en deux, l'assaisonner avec du sel, puis le badigeonner d'un piment doux importé d'Éthiopie, voilà comment il faut préparer le poisson mariné à la Yéménite. Après cela, il passe dans un four en terre cuite, chauffé au feu de bois. 15 minutes de cuisson et il est prêt à être consommé. Ce plat est une institution à Djibouti.

"Il reflète l'identité Djiboutienne", affirme Abubakar Moussa, ancien présentateur de télévision et fervent habitué du restaurant "Chez Hamdani". "C'est une recette importée du Yémen que nous nous sommes approprié et qui fait partie de nos habitudes alimentaires".

Cet ancien journaliste, vedette de la télévision nationale vient deux à trois fois par mois dans ce restaurant, le plus réputé de la ville. C'est aussi une tradition familiale. Sa petite fille Sohane habite en Belgique. Pas friande de poisson, son grand-père l'a convertie.

"Il disait que j'étais capricieuse et après, il m'a dit 'ça, c'est le poisson djiboutien, tu dois le goûter, si tu le manges pas dans ce restaurant t'es pas venue à Djibouti, t'as pas de preuve d'être venue à Djibouti'. J'ai goûté et j'ai beaucoup aimé. Et chaque fois que je viens à Djibouti, il m'emmène ici et j'en suis très contente."

La recette se transmet de père en fils. Dans ce restaurant "Chez Hamdani", c'est une histoire de famille. Le grand-père d'Omar Hamdani migre du Yémen et s'installe à Djibouti dans les années 1920. Il créé ce restaurant et importe sa recette avec lui. Omar est la troisième génération à la tête de ce lieu. Pour environ 5 €, ce repas est mangé par tous, habitants du quartier comme notables.

"Ce n'est pas un plat cher, c'est un plat simple, à la portée de tous", explique Omar Hamdani, propriétaire du restaurant. "Du plus jeune, au plus vieux, tout le monde peut y accéder. "

À quelques kilomètres de là, dans un quartier populaire, vit Amin Maqtal, qui a fui la guerre au Yémen. Ce plat, chargé de souvenirs, lui apporte un sentiment de réconfort.

"Tant que je suis dans ce restaurant, que je mange ici, que je suis entouré de mes compatriotes, je me sens bien. Parce que tout ce que j'avais au Yémen, je l'ai ici".

Ici, tout le monde est unanime, le poisson yéménite est bien plus apprécié à Djibouti qu'au Yémen, où c'est un plat parmi d'autres.

Voir plus